"Le Roi Lion", "Cole Porter in Paris", "Pixel" : de nombreux spectacles annulés ou reportés à Paris à cause de la propagation du Covid-19

En raison de nombreux cas positifs au Covid-19 dans les équipes, des salles de spectacles sont contraintes d'annuler certaines représentations. Des interruptions qui compliquent la programmation et entraînent des pertes financières. 

Article rédigé par
Jérémie Laurent-Kaysen - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Le théâtre Mogador, à Paris.  (BERTRAND GUAY / AFP)

Le premier ministre Jean Castex l’a annoncé lundi 26 décembre : à partir du 3 janvier, les salles devront limiter leurs jauges à 2 000 spectateurs pendant trois semaines. Les concerts debout seront, eux aussi, interdits. Pourtant, en cette période de fêtes, même les plus petites salles de spectacle sont touchées par la propagation du Covid-19 et de ses variants. Plusieurs d’entre elles ont dû annuler leurs représentations ces dernières semaines.

"Ce moment de l'année est très important pour nous. Nos spectacles font en général le plein pendant les fêtes. Donc c'est vraiment un crève-cœur de fermer les établissements". Le 24 décembre, au micro de franceinfo, le producteur Jean-Marc Dumontet ne cache pas sa déception. A cause de trop nombreuses contaminations dans ses équipes, il a dû interrompre des spectacles pendant plusieurs jours. "Celui des Coquettes (à l’Alhambra de Paris, ndlr), a été annulé parce qu’un cas Covid s’est présenté", annonce-t-il : "on a eu la chance de pouvoir trouver immédiatement des solutions, en formant de nouvelles chanteuses. Mais j’ai des one-man-shows qui ont été arrêtés aussi. L’épidémie est trop forte".

Annulations en série

Après l’Opéra national de Paris qui a dû reporter sa représentation mi-décembre de Don Quichotte à cause de plusieurs cas positifs, le théâtre du Châtelet a aussi interrompu son nouveau spectacle Cole Porter in Paris jusqu’au 27 décembre, pour les mêmes raisons.

Mais ces arrêts parfois se prolongent et peuvent entraîner d’importantes pertes pour les productions. C’est le cas de la très attendue comédie musicale Le Roi Lion dont les représentations sont annulées depuis le 21 décembre. Gwendal Marimoutou, l’interprète de Simba, a expliqué dans une vidéo sur son compte Twitter que la décision a été prise seulement une heure avant le début du spectacle. "Neuf personnes de la troupe étaient déjà isolées chez elles. Jusque-là ça marchait grâce aux doublures. Mais pour le show de ce soir, on est arrivé à une dixième personne contaminée et donc ce n’était plus possible", précise-t-il, face caméra, tout en s’excusant auprès des familles qui avaient fait le déplacement. Quelques jours plus tard, le jeune homme ajoute que plus de la moitié du casting est touchée et que les représentations ne pourront pas reprendre avant le 31 décembre. 

Face à ces annulations, certains théâtres ont la possibilité de proposer une nouvelle programmation. C’est le cas pour le théâtre du 13e Art et son spectacle de danse Pixel, chorégraphié par Mourad Merzouki. Annulé pendant une semaine, des représentations ont été ajoutées au mois de janvier pour les spectateurs involontairement sanctionnés. Pour d’autres structures, ces interruptions représentent de grosses pertes d’argent. Le Moulin Rouge, fermé aussi jusqu’au 31 décembre à cause de cas de Covid-19, devra rembourser les 1300 réservations par jour qui n’ont pas pu être honorées. Pour Le Roi Lion, ce sont près de 20 000 remboursements qui devront être effectués.

Inquiétude des spectateurs

Pourtant, les artistes et les employés d'espaces culturels ont redoublé de vigilance depuis que les théâtres ont rouvert. Laurent Bentata, le directeur général de Stage Entertainment, la société qui soutient le théâtre Mogador, a assuré qu’un encadrement très strict avait été mis en place pour limiter au maximum toute contamination, depuis des mois. "On fait des tests tous les jours" déclare-t-il sur LCI. "Il y a 14 machines qui purifient l’air et on avait lancé une campagne de vaccination au théâtre : 90 personnes ont été vaccinées. On ne pouvait pas faire plus".

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Le Roi Lion, Le Musical (@leroilion_lemusical)

Il en est de même pour l'accueil des spectateurs. "Les salles de spectacle sont des lieux sûrs", défend le producteur Jean-Marc Dumontet à franceinfo : "le public est accueilli avec des conditions sanitaires très strictes et respectées, pour que nos théâtres ne soient pas des lieux de contamination. On met un masque dans une salle de spectacle, on ne parle pas à son voisin, on n’échange pas".

Les futurs spectateurs sont eux aussi touchés par cette croissance de la propagation du virus et sont parfois contraints de revendre leur billet parce qu'ils sont contaminés. Depuis plusieurs semaines, le nouveau one-man-show du comédien Vincent Dedienne au théâtre des Bouffes du Nord, affichait complet jusqu’à fin janvier. En l'espace de quelques jours, il a toutefois fait l'objet d'une vague d'annulations. "Le Covid des uns fait le billet des autres, comme dit le proverbe", a écrit l'humoriste sur les réseaux sociaux, en annonçant que des places étaient, par conséquent, à nouveau disponibles. 

Les salles de spectacle espèrent tout de même pouvoir célébrer la soirée de Nouvel An, déjà ternie par la suppression de plusieurs évènements, comme le feu d’artifice au-dessus de la tour Eiffel.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Vincent Dedienne (@vincent_dedienne)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Théâtre

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.