La Comédie-Française, le Théâtre de la Ville et d'autres salles réinventent la scène en ligne durant le confinement

Nombre de théâtres investissent internet pour suppléer leur fermeture, en enrichissant leur offre de répétitions, d'échanges et en favorisant les retransmissions de pièces en direct.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Des techniciens captent pour le Théâtre de la Ville à Paris, la diffusion le 10 novembre 2020 sur Internet, d'une répétition de Nicole Garcia de la pièce de Marie Ndiaye "Royan", . (Jean-Louis Fernandez)

Après le déconfinement qui avait vu en septembre un retour du public dans les théâtres, dans le strict respect des mesures sanitaires, le reconfinement a tué dans l’œuf cette reprise enthousiaste. La Comédie-Française, le Théâtre de la Ville, à Paris, L’Improvidence, à Lyon, la Comédie de Caen ou l'Opéra de Paris, et d’autres encore, trouvent des solutions digitales pour combler ce vide.

Tous offrent des répétitions en attendant la réouverture des salles, des lectures par des comédiens, ou des représentations en direct qui recréent le contact si précieux entre la scène et le public. 

France 2

La Comédie-Française

La WebTV de la Comédie-Française offre chaque jour en direct, puis en replay, plusieurs programmes disponibles sur YouTube, sous le titre générique de Comédie d’automne.

Quelle comédie !, tous les lundis en direct à 19h, rassemble plusieurs invités qui évoquent l’actualité de la Comédie-Française. Ils présentent également la pièce qui fera l’objet de Théâtre à la table diffusée le samedi suivant. Au terme d'une heure d’échanges environ, quelques minutes captées en répétition en donnent un avant-goût.

La façade la Comédie-Française à Paris. (GARDEL BERTRAND / HEMIS.FR / HEMIS.FR)

Pour pallier l’interruption des représentations du Côté des Guermante, d’après Marcel Proust, mis en scène par Christophe Honoré, le Français offre des lectures quotidiennes de À la Recherche du temps perdu sur sa chaîne digitale, du mardi au vendredi à 16h et/ou 19h. Cette lecture fleuve, à raison d’une petite heure par jour, a débuté par celle de Stéphane Varupenne, suivi par Guillaume Gallienne, puis Rebecca Marder... d'autres viendront.

Théâtre à table, le samedi à 20h30, rassemble des comédiens et comédiennes du Français qui préparent la création d’une pièce prochainement programmée. "La table dans son acception mélangée de travail, de concentration et de plaisir convivial et gustatif de boustifaille de mots, dit Éric Ruf (administrateur général du Français). Nous convierons nos spectateurs autour d'un repas de mots dans un exercice pour lui fragile et beau, pour nous excitant et dangereux".

Théâtre de la ville

Royan – La Professeure de français, de Marie Ndiaye, avec Nicole Garcia, et mise en scène par son fils Frédéric Bélier-Garcia, devait être un moment fort de la rentrée théâtrale, au Théâtre Marigny, une des salles rattachées au Théâtre de la Ville. Les représentations devenues impossibles, l’équipe a décidé de rendre accessibles des répétitions et de larges extraits de la pièce. Si cette expérience a été limitée à une seule diffusion le mardi 10 septembre, la pièce sera donnée en 2021, à partir d’une date qui reste à définir.

Cet avant-goût a permis d’apprécier le jeu tout en nuances de Nicole Garcia, seule en scène, et de reconnaître la beauté du dispositif scénique. La comédienne interprète une professeure de français, arrêtée dans la cage d’escaliers de son immeuble, où elle sent la présence des parents d’une de ses élèves qui s’est suicidée dans son lycée. Entre culpabilité, justification, et rancune, elle se confie sur sa vie, à l’aune de celle dont elle pourrait avoir précipité la fin.

Mais le Théâtre de la Ville ne s’arrête pas là, et donne plusieurs jours par semaine des représentations, des lectures ou des concerts en direct sur sa chaîne YouTube. Sa programmation est disponible sur son site. En ce moment : Je ne suis plus inquiet de Scali Delpeyrat, J’ai trop d’amis de David Lescot (à partir de 8 ans), et Combats, série de lectures en partenariat avec France Culture, en hommage à Albert Camus.

L’Improvidence (Lyon-Bordeaux)

Les régions ne sont pas en reste et ont rejoint ce mouvement pour maintenir le spectacle vivant en lien avec le public. Ainsi, la salle lyonnaise L’Improvidence propose aux internautes de se connecter au site du théâtre et d’assister, moyennant 8 euros, aux représentations. Le public a également la possibilité d'interagir avec les comédiens en amont du spectacle grâce à un chat.

Logo du théâtre L'Improvidence, à Lyon. (DR)

Trois spectacles sont au programme d’ici à la fin novembre. Casting : le 14 novembre à 21h, le 28 novembre à 21h. Quatre comédiens se présentent devant un réalisateur exigeant pour décrocher le rôle de leur vie, dans un film dont ils ignorent tout. L'objectif ? Convaincre le réalisateur et le public, que le rôle est fait pour eux.

Les Scénaristes, le 19 novembre à 21h. Deux scénaristes ont une heure pour écrire le film de l'année. Le public, complice d'un soir, assiste aux secrets de l'élaboration du récit, aux doutes des scénaristes, à leurs pires idées ou leurs éclairs de génie.

Mes Mots Rient : le 26 novembre à 21h. Une performance de mémoire et d'improvisation. Un tableau sera visible exclusivement par le public, contenant 20 emplacements numérotés. Les spectateurs devront attribuer chaque emplacement à un mot de leurs choix. Cédric Fernandez devra ensuite retenir chacun de ces mots, sans les regarder. Il va alors raconter, accompagné de ses partenaires, une histoire improvisée durant laquelle il replacera l'intégralité des mots dans l'ordre.

Direct au Théâtre

Depuis le premier confinement, le comédien Robert Plagnol est à l’origine de représentations théâtrales uniques, diffusées en direct, grâce à la plateforme de visioconférences Zoom, sur son site Direct au Théâtre. Plusieurs jours par semaine, à heure fixe, les internautes sont invités à assister à une pièce depuis leur canapé, dans des mises en scène adaptées à une diffusion numérique.

Robert Plagnol dans "La Femme de ma vie" de Andrew Payne. (© Emmanuel Fradin)

Direct au Théâtre a aujourd’hui deux pièces à son actif : La Femme de ma vie de Andrew Payne, avec Robert Plagnol, et Un petit souffle et j'allais tomber de et avec Luce Mouchel. La première flirte avec le thriller, où un second couteau fait un bilan de sa vie jusqu’à une prise de conscience qui le terrasse. La seconde nous fait entrer dans le monde d’une fillette d’une dizaine d’années. A noter qu’à partir du mardi 17 novembre Robert Plagnol joue La Femme de ma vie depuis l’ile de La Réunion, le lien sur directautheatre.com étant accessible partout dans le monde.

Il suffit, pour assister à ces représentations de se connecter au site, et de s’acquitter d’une participation de 10 €. Il est recommandé de venir un quart d’heure à l’avance, avec la possibilité de dialoguer entre spectateurs. Les spectateurs sont invités à la fin de la pièce à échanger sur leurs impressions avec les comédiens. Une expérience unique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.