Versailles inaugure son campus dédié aux métiers d’art et du patrimoine

Inauguré mardi dans la Grande écurie du château de Versailles, ce campus a pour vocation de promouvoir des savoir-faire précieux, comme la tapisserie d'ameublement, l'ébénisterie ou encore l'horticulture.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Le campus Versailles propose cinq filières : patrimoine bâti, métiers d’art et design, horticulture et espaces paysagers, gastronomie et tourisme. (NOÉMIE BONNIN / RADIO FRANCE)

Le site est implanté dans la Grande écurie, juste en face du château du Roi-Soleil. Ce campus Versailles, inauguré mardi 9 novembre, a vocation à former des étudiants, en partenariat notamment avec des lycées professionnels, mais aussi à recevoir du public et à mettre en avant des savoir-faire précieux comme la tapisserie d'ameublement, l'ébénisterie ou encore l'horticulture.

Des lycéens sont justement concentrés sur la taille de pierre. Leur professeur, Francesco Pompili, voit ce campus comme une occasion de faire découvrir un savoir-faire : "Ça nous sert de vitrine d'exposition. On était dans un lycée professionnel avec une réputation de ghetto, et cela nous sert de cadre magnifique pour pouvoir exposer et montrer aux autres ce que c'est que le bâtiment et la restauration. Ce sont des œuvres d'arts !"

" Tout ce que font les élèves dans ce campus, c'est unique !"

Francesco Pompili, professeur

à franceinfo


Le campus propose cinq filières : patrimoine bâti, métiers d’art et design, horticulture et espaces paysagers, gastronomie et enfin tourisme. Un millier de personnes ont vocation à passer par ce campus, occasionnellement ou régulièrement, pour cette première année. L'objectif est d'arriver à 6 000 étudiants et visiteurs d'ici 2025.

Un manque d'information sur ces filières

Des grandes écuries, la vue est imprenable sur le château. Versailles n'a évidemment pas été choisi au hasard pour ce campus, explique Jules, étudiant en ébénisterie : "C'est un métier prestigieux avec du bois noble et du luxe. C'est un savoir-faire français et Versailles c'est tout le savoir-faire à la française, c'était comme une évidence en fait." Jules et son ami Dilan ont choisi cette filière après une réorientation. Mais l'information manque dans ces domaines, estiment ces jeunes : "Quand j'ai voulu commencer l'ébénisterie, je trouvais très peu d'information auprès des CIO. Donc je pense que le campus Versailles a vraiment sa place. C'est l'artisanat et les métiers manuels qui ne sont pas assez mis en avant."

La gastronomie fait partie des cinq filières proposées par le campus Versailles.  (NOÉMIE BONNIN / RADIO FRANCE)

Dans ce campus se croisent des étudiants en formation continue, mais aussi ponctuelle. Ils viennent d'une centaine d'établissements partenaires : lycées professionnels, centres de formation divers. "Ça s'adresse aux jeunes qui ne savent pas ce qu'ils veulent faire et qui ont besoin d'avoir un contact avec ces métiers pour savoir qu'ils existent, précise Armelle Weisman, la directrice du campus Versailles. Cela s'adresse aussi aux jeunes qui ont commencé à apprendre ces métiers et qui veulent ouvrir leurs horizons et leurs perspectives."

Une idée qui émerge après l'incendie de Notre-Dame

"Ce campus sert à se former : formation initiale, continue, en apprentissage, scolaire, du supérieur", explique Charline Avenel, rectrice de l’académie de Versailles. Ce lieu sert également à faire découvrir des métiers. Ainsi, tous les lundis, des collégiens de 4e et 3e d’Ile-de-France viennent pour découvrir les métiers du château. 

Le campus Versailles a été inauguré mardi 9 novembre 2021. (NOÉMIE BONNIN / RADIO FRANCE)

Les initiateurs de ce campus veulent parler aux élèves, mais aussi à leurs parents et aux professeurs. "C’est pour cela qu’ici, il y aura des espaces ouverts, d’orientation, où les familles pourront comprendre ce que sont ces métiers, les débouchés et les parcours de formation", poursuit Charline Avenel. L’idée de ce campus a notamment émergé après l’incendie de Notre-Dame : "Il est apparu très clairement que nous avions besoin de régénérer ces métiers, d’apporter de l’innovation, et de les perpétuer."

Ce campus est porté par un financement public-privé, avec l’Etat, la région, les conseils départementaux des Yvelines et des Hauts-de-Seine qui ont contribué à la rénovation des bâtiments. Pour la partie privée, il s’agit de deux grands mécènes : les fondations Bettencourt Schueller et Engie. Le campus travaille aussi à développer des ressources propres (notamment grâce à de la formation continue, payante pour les entreprises). Le budget global est pour l'instant de 600 000 à 700 000 euros pour cette première année, mais devrait gonfler au fil du temps.

Le Campus Versailles pour promouvoir les métiers d'art et du patrimoine auprès des jeunes - Le reportage de Noémie Bonnin
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Patrimoine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.