Patrimoine : les secrets des écluses de l’Ile de Ré

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min
Le 12/13 du jeudi 20 avril prend le large direction l'ile de Ré, dans les écluses à poissons. Une visite exceptionnelle car d'ordinaire l'accès est interdit au public. -
Patrimoine : les secrets des écluses de l’Ile de Ré Le 12/13 du jeudi 20 avril prend le large direction l'ile de Ré, dans les écluses à poissons. Une visite exceptionnelle car d'ordinaire l'accès est interdit au public. - (France 3)
Article rédigé par France 3 - L. Cecconi, G. Fautrat, C. Pougeas, Images drone : Switch Production
France Télévisions
France 3
Le 12/13 du jeudi 20 avril prend le large direction l'ile de Ré, dans les écluses à poissons. Une visite exceptionnelle car d'ordinaire l'accès est interdit au public.

Dominique et Daniel font partie des rares personnes ayant le droit de se rendre sur un site protégé à Sainte-Marie-de-Ré (Charente-Maritime), entre océans et villes, patrimoine architectural et ethnographique régional. Submersibles à marée haute, ces écluses piègent les poissons et autres crustacés quand la mer se retire. Des paysans de la mer, c’est ainsi que l’on surnommait les personnes pratiquant la cueillette en bord de mer jusqu’au début du XXe siècle. "À l’origine, c’était surtout pour nourrir la population", raconte Dominique Chevillon, président de l'association des écluses à poissons de l’île de Ré.

Des murs capables de subir des fortes pressions

Des murs longs de plusieurs centaines de mètres construits par l’Homme, faits de pierres scènes et dont les seules nuances sont les huîtres. "La forme du mur est un peu arrondie à l’extérieur et surtout, elle fait 6-7 mètres d’épaisseurs, ce sont des tonnes et des tonnes de pierres. (...) Ça permet quand même à ces murs de subir des pressions très fortes lorsqu’il y a de la houle, jusqu’à 20-25 tonnes au mètre carré", explique Daniel, codétenteur de l'écluse la Brizière.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.