Notre-Dame : il court 39 kilomètres pour dessiner Quasimodo dans les rues de Paris

Nicolas Verdès a parcouru près de 40 kilomètres dans les rues de la capitale, lundi matin, pour dessiner la silhouette du bossu de Notre-Dame. Un hommage rendu une semaine, jour pour jour, après l'incendie qui a détruit une partie de la cathédrale.

Capture d\'écran du personnage de Quasimodo dessiné en courant par Nicolas Verdès, le 22 avril 2019, en hommage à Notre-Dame de Paris.
Capture d'écran du personnage de Quasimodo dessiné en courant par Nicolas Verdès, le 22 avril 2019, en hommage à Notre-Dame de Paris. (NICOLAS VERDES)

"Le plus compliqué, ça été les yeux et les cheveux." Une semaine, jour pour jour, après l'incendie qui a détruit une partie de Notre-Dame, un coureur à pied a décidé de rendre hommage à sa manière à la célèbre cathédrale parisienne. Chaussures de running aux pieds, Nicolas Verdès est parti dans les rues de la capitale, lundi 22 avril, pour dessiner la silhouette de Quasimodo sur une gargouille qui voit son cœur s'envoler. 

Au total, il lui aura fallu 38,9 kilomètres et un peu plus de 5 heures d'effort pour aller au bout de son projet. "Il y a eu un gros travail de préparation pour être certain que ça ressemblerait bien à quelque chose, explique l'athlète de 46 ans à franceinfo. Il a fallu faire attention aux ponts, à la Seine, aux trottoirs...". 

C'est ce qu'on appelle le "GPS drawing". En clair, il s'agit d'utiliser l'enregistrement des données GPS de sa course pour réaliser des dessins. "Comme tout le monde, j'ai vu les flammes et ça m'a touché", poursuit celui qui a terminé son parcours sur le pont de l'Archevêché, au pied de Notre-Dame. 

"Notre-Dame, c'était trop compliqué"

Au départ, Nicolas Verdès envisageait de dessiner la cathédrale Notre-Dame. Mais il a vite abandonné. "C'était trop compliqué, admet le joggeur, qui est policier à Rennes. A cause des nombreux détails, ma sortie dépassait les 160 kilomètres, ce n'était pas possible."  

Cet adepte de triathlon n'en est pas à son premier coup en matière de "GPS Drawing". En janvier dernier, il avait déjà réalisé une carte de France en marchant 34 kilomètres dans les rues de Paris. Un mois plus tard, en février, il avait cette fois dessiné une carte de la Bretagne, toujours dans les rues de la capitale.