"C'était une aventure et un moment extraordinaire", confie Gautier Capuçon après avoir joué du violoncelle à Notre-Dame de Paris

Jouer avec un casque de chantier n'a pas été facile mais il retient surtout l'émotion et le message d'espoir. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Gautier Capuçon, violoncelliste, ci-contre le 19 août 2020. (STEPHANE GEUFROI / MAXPPP)

"C'était une aventure et un moment extraordinaire, chargés d'émotions. La cathédrale, qui est toujours meurtrie, nous apporte toujours tellement de force protectrice et d'amour", a réagi le violoncelliste Gautier Capuçon, à quelques heures de la diffusion du concert de Noël sur France 2, enregistré dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, un an et demi après l'incendie qui a ravagé l'édifice, jeudi 24 décembre sur franceinfo.

franceinfo : Comment s'est passé le tournage de ce concert ?

Gautier Capuçon : Ça a été un défi pour les équipes de production, il y a le risque au plomb, le contexte sanitaire. On cumule les risques mais c'était une aventure et un moment extraordinaire, même s'il n'a pas été tourné le jour de Noël. Évidemment, chargé d'émotions, pour tout le monde, pour les équipes, pour tous les artistes, pour les chanteurs de la maîtrise de Notre-Dame, qui avant l'incendie chantaient tous les soirs, dans cette cathédrale et donc là pour nous et pour eux encore plus fort de revenir à l'intérieur de cette cathédrale qui est toujours meurtrie mais qui nous apporte toujours tellement de force protectrice et d'amour, et de pouvoir se retrouver ensemble, dans ce contexte où nous artistes, on est privés de scène, c'est un moment très important.

C'était une première pour vous dans la cathédrale Notre-Dame. Une première particulière ?

Avec un casque de chantier oui ! Ce sont des images qui resteront gravées à ce moment et à ce contexte. C'est pas très seyant pour faire de la musique. Pour le violoncelle, avec le casque juste à côté qui tape, j'ai du m'adapter un petit peu. Le froid était un vrai challenge, le froid, l'humidité mais cela fait partie de la soirée de Noël. C'est une première marquante avec des œuvres spirituelles et plus légères.

"C'est un message d'espoir pour plusieurs choses : cet incendie, c'est un signe que rien n'est éternel, rien n'est acquis. L'homme continue de foncer tête baissée et refuse de voir tous les signaux et ce message d'espoir avec cette crise sanitaire qui dure. Un signe d'espoir et de vie pour ce soir de Noël."

Gautier Capuçon, violoncelliste

à franceinfo

 Vous espérez obtenir la réouverture des théâtres, des salles de concerts ?

J'espère toujours. On comprend les risques sanitaires, il ne s'agit pas de les nier. Il faut se protéger et protéger les autres. La reprise timide qu'on a eu en septembre-octobre, il n'y a pas eu de clusters dans les salles de concert. C'est un lieu assez safe. Ce que j'aimerais, c'est qu'on puisse garder les salles de concert ouvertes en adaptant, même si ce sont des jauges minimum. On a besoin de garder cette énergie et tout l'écosystème en a besoin sinon tous les artistes vont couler. On espère la réouverture mais je crains qu'elle n'arrive pas de suite.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.