Tian'anmen : trente ans après, la Chine interdit toute référence aux événements

Les images qui ont fait le tour du monde il y a trente ans sont invisibles en Chine, et les livres d'histoire n'évoquent pas les manifestations réprimées dans le sang par l'armée.

FRANCE 2

Il y a trente ans, l'armée chinoise évacuait dans le sang la place Tian'anmen, à Pékin (Chine), mettant ainsi fin à sept semaines de manifestations d'étudiants et d'ouvriers qui réclamaient plus de démocratie. Trois décennies plus tard, le sujet reste tabou. On ignore le nombre de personnes mortes ce jour-là, aucun bilan officiel n'a jamais été communiqué. Même la photo symbolique d'un manifestant s'opposant à une colonne de chars, connue dans le monde entier, ne dit rien à un étudiant interrogé dans la rue.

Un millier de morts

Les événements de la place Tian'anmen ont été effacés des livres d'histoire. "Ce jour-là, le 4 juin vers 6 heures du matin, les tanks ont attaqué les étudiants alors qu'on quittait la place pacifiquement", se souvient Fang Zheng, survivant de la répression et réfugié aux États-Unis. "Moi, j'ai perdu mes deux jambes écrasées par les chars", se souvient-il. On parle d'un millier de jeunes Chinois morts ce jour-là.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un policier chinois tente d\'empêcher un photographe d\'immortaliser la place Tiananmen (Pékin), le 8 novembre 2012.
Un policier chinois tente d'empêcher un photographe d'immortaliser la place Tiananmen (Pékin), le 8 novembre 2012. (MARK RALSTON / AFP)