REPLAY. Hommage national à Daniel Cordier : "Cher Daniel, la flamme que vous avez allumée avec vos compagnons ne s'éteindra pas", déclare Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a prononcé jeudi, aux Invalides, un discours en hommage à cet ancien résistant, mort vendredi dernier à l'âge de 100 ans.

Ce qu'il faut savoir

Daniel Cordier, Compagnon de la Libération et ancien secrétaire de Jean Moulin, est mort vendredi dernier à Cannes, à l'âge de 100 ans. Un hommage national lui a été rendu jeudi 26 novembre à l'hôtel des Invalides à Paris, à 15h30." Cher Daniel, la flamme que vous avez allumée avec vos compagnons ne s'éteindra pas", a déclaré Emmanuel Macron dans son éloge funèbre pour honorer cet ancien résistant, décoré de l'Ordre de la Libération, le second ordre national après la Légion d'honneur. 

Un public restreint en raison du contexte sanitaire. La cérémonie s'est déroulée devant un parterre de 30 personnes, composé de membres de la famille de Daniel Cordier et du gouvernement. A la fin de l'hommage national, le chef de l'Etat s'est entretenu avec la famille.

Un historien reconnu. A partir de 1977, celui qui avait fait carrière dans l'art s'est reconverti comme historien. Invité de la célèbre émission "Les Dossiers de l'écran", Daniel Cordier n'avait pas réussi à défendre son patron durant la Résistance, Jean Moulin, accusé d'avoir été un agent double. Dès lors, il a dédié le reste de sa vie à la recherche historique.

Engagé dans la Résistance à 19 ans. Daniel Cordier est l'un des premiers à avoir rejoint le général de Gaulle à Londres en 1940. Issu de l'extrême droite, c'est au fil de son parcours dans la Résistance que le jeune maurrassien a évolué politiquement. Secrétaire de Jean Moulin, il a également fréquenté des intellectuels comme le philosophe Raymond Aron et l'écrivain Stéphane Hessel.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CORDIER

19h59 : Il est 20 heures, l'heure de refaire un point sur l'actualité :

#DARMANINGérald Darmanin va être auditionné lundi prochain par la commission des Lois de l'Assemblée nationale, après les violences qui ont entaché l'action des forces de l'ordre depuis dix jours. Avant cela, le ministre de l'Intérieur est l'invité du "20 heures" de France 2, dans quelques instants.


Trois policiers ont été suspendus et l'IGPN saisie après des violences contre un producteur de musique à Paris : voici ce que l'on sait de cette affaire.


Jean Castex et plusieurs ministres ont précisé ce matin les modalités du déconfinement. Réouverture des commerces, des lieux de cultes, des théâtres et des cinémas, règles pour les fêtes de Noël en famille, aides financières... L'ensemble des annonces est à retrouver ici et ici.

Daniel Cordier, Compagnon de la Libération et ancien secrétaire de Jean Moulin, est mort vendredi dernier à Cannes, à l'âge de 100 ans. Un hommage national lui a été rendu aujourd'hui à l'hôtel des Invalides à Paris.

18h44 : Un hommage national a été rendu aujourd'hui à l'hôtel des Invalides, à Paris, à Daniel Cordier, Compagnon de la Libération et ancien secrétaire de Jean Moulin, mort il y a une semaine à l'âge de 100 ans. Si vous avez raté ce moment, séance de rattrapage dans cet article.



(MICHEL EULER / AFP)

18h07 : Il est 18 heures, l'heure de refaire un point sur l'actualité :

Lors d'une conférence de presse, Jean Castex et plusieurs ministres ont précisé les modalités du déconfinement. Réouverture des commerces, des lieux de cultes, des théâtres et des cinémas, règles pour les fêtes de Noël en famille, aides financières... L'ensemble des annonces est à retrouver ici et ici.

Trois policiers ont été suspendus et l'IGPN saisie après des violences contre un producteur de musique à Paris : voici ce que l'on sait de cette affaire. Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, sera l'invité du journal de France 2 ce soir.

Daniel Cordier, Compagnon de la Libération et ancien secrétaire de Jean Moulin, est mort vendredi dernier à Cannes, à l'âge de 100 ans. Un hommage national lui a été rendu aujourd'hui à l'hôtel des Invalides à Paris.

Les Argentins sont nombreux à attendre pour se recueillir devant le cercueil de Diego Maradona, qui sera exposé dans une heure au palais présidentiel, à Buenos Aires. Légende du football, il est mort hier à 60 ans.

16h41 : Si vous ne l'avez pas entendu, voici Le Chant des partisans, l'hymne de la Résistance pendant l'Occupation, lors de l'hommage à Daniel Cordier.

16h18 : Voici l'intégralité de l'éloge funèbre d'Emmanuel Macron :

16h16 : Après une minute de silence, et une deuxième Marseillaise interprétée par le Chœur de l’armée française, le Chant des partisans, l'hymne de la Résistance pendant l'Occupation, a été joué.


16h27 : "Avec quelques autres, il a permis à la France de reprendre possession de son destin. (...) Alors, cher Daniel, la flamme que vous avez allumée avec vos compagnons, ne s'éteindra pas. J'y veillerai", conclut Emmanuel Macron.



16h13 : "Mais pour l'heure, il continue le combat malgré le chagrin et les risques. Daniel Cordier gagne l'Espagne en 1944, prisonnier, s'évade avant de rejoindre les services secrets à Londres. A la fin de la guerre, lui qui avait rêvé de combattre avec les armes n'a tué aucun ennemi."

16h11 : Après l'unification de la résistance, en 1943, "Jean Moulin est arrêté, torturé. Il reste muet et meurt en supplicié. En martyr et en héros. Moulin disparu, Cordier est comme orphelin. Le legs du patron est indicible."

16h10 : "Parachuté à l'été 42, il devient à Lyon (...) le représentant de De Gaulle en France. (...) Daniel Cordier crée autour de Jean Moulin un véritable état major clandestin. Il assure les liaisons radio entre Lyon et Londres, rédige les télégrammes, (...) distribue l'argent aux divers mouvements de résistance, vit de conciliabules à voix basse, de suspicion permanente de tout et de tous, où la trahison et la délation rôdent."

16h05 : "Nous n'étions que des enfants, répétait souvent Daniel Cordier, en écho aux premiers mots étonnés que lui avait dits Jean Moulin. Certes, mais déjà des braves. Ils vont alors suivre le général de Gaulle à Londres" et créer "ce contingent de l'idéal qui s'appellera bientôt les Forces françaises libres. Le général leur était inconnu deux semaines plus tôt. Mais dans ses pas, ils iront jusqu'au bout du monde, jusqu'au bout de leurs forces."

16h04 : "Le 17 juin 1940, Daniel Cordier est abasourdi. Le vainqueur de Verdun, Pétain (...) a trahi la France en voulant cesser le combat. Cordier, lui refuse de se résigner. Il veut agir à Pau avec quelques amis. Ils sont un petit groupe de patriotes. Ils n'ont pas encore 20 ans, mais ils préfèrent déjà mourir pour la France que de risquer une vie sans elle."

16h01 : "Cet amour prit d'abord la forme d'un nationalisme ombrageux. Oui, on peut combattre le nazisme de toutes ses forces, porter haut la tolérance et l'humanisme, et avoir été un moment nationaliste et anti-républicain."

15h59 : "La vie de Daniel Cordier est un roman d'aventures. Il avait en lui une part du roman national et de tant d'autres plus intimes, le goût de l'action et du dépassement. Une bravoure impétueuse, une soif d'absolu, une liberté totale et surtout, l'amour de sa patrie."

15h57 : Voici l'arrivée du cercueil de Daniel Cordier dans la cour des Invalides :

15h58 : "En cette année 2020, il fit partie du dernier carré de la garde des tout derniers Compagnons de la Libération."

15h58 : "Il nous aurait regardés avec ce sourire d'éternel enfant, aurait annoncé quelques mots dans un souffle et aurait pris congé, sans doute en riant simplement. Il fit partie des résistants de la première heure, de ceux qui restèrent debout quand tout s'effondrait. Prêts à tous les sacrifices pour que la France reste France."

15h53 : Voici l'arrivée d'Emmanuel Macron et la Marseillaise.

15h58 : "A nous voir ici réunis, Daniel Cordier aurait sans doute souri, lui qui traversa les plus sombres chapitres du siècle dernier et qui en écrivit des pages parmi les plus belles, ne s'était départi d'une lumineuse légèreté, d'une élégante pudeur quand les honneurs lui étaient rendus."

Le chef de l'Etat a commencé son éloge funèbre.

15h48 : Le cercueil de Daniel Cordier entre dans la cour de l’hôtel national des Invalides, porté par des élèves officiers de l'école militaire de Saint-Cyr Coëtquidan de la promotion "Compagnons de la Libération".


15h44 : Emmanuel Macron est arrivé aux Invalides pour la cérémonie d'hommage à Daniel Cordier. C'est à suivre en direct ici. A d'abord lieu l'honneur au drapeau, rendu par le 44e régiment d'infanterie, puis une première Marseillaise est entonnée par le Chœur de l'armée française


15h29 : Alors que l'hommage national à Daniel Cordier va commencer, c'est l'occasion de lire cet article de notre journaliste Florence Morel, qui vous raconte le jour où l'ancien résistant a décidé de rétablir la vérité sur Jean Moulin.

Daniel Cordier, Compagnon de la Libération et secrétaire de Jean Moulin, le 17 juin 2014. (MUSEE DE L'ORDRE DE LA LIBERATION / AFP)
(MUSEE DE L'ORDRE DE LA LIBERATION / AFP)

15h43 : Une première Marseillaise sera alors entonnée par le Chœur de l'armée française. A 15h40, le cercueil entrera dans la cour de l’hôtel national des Invalides, porté par des élèves officiers de l'école militaire de Saint-Cyr Coëtquidan de la promotion "Compagnons de la Libération". A 15h45, le chef de l'Etat prononcera un éloge funèbre. Voici le déroulé de la cérémonie.

15h31 : A cause du contexte sanitaire, la cérémonie diffusée sur France 2 se déroulera devant un public restreint de 30 personnes, composé des membres de la famille de Daniel Cordier et du gouvernement. Emmanuel Macron arrivera à 15h30 dans la cour de l'hôtel des Invalides.

15h20 : L'hommage à l'ancien Compagnon de la Libération et ancien secrétaire de Jean Moulin, mort vendredi dernier à Cannes à l'âge de 100 ans, ne va pas tarder à commencer aux Invalides. Emmanuel Macron prononcera un discours pour honorer cet ancien résistant, décoré de l'Ordre de la Libération, le second ordre national après la Légion d'honneur. Une cérémonie à suivre en direct sur franceinfo.

14h41 : Voici les articles les plus lus en ce moment même sur franceinfo :

Malgré l'allègement du confinement à partir de samedi et en plusieurs étapes, les attestations dérogatoires de déplacement restent en vigueur. Et dans certains cas, il faut vous munir, en plus, d'un justificatif (Quittance de loyer, carte Vitale, billets de spectacle...). Franceinfo vous aide à y voir plus clair.

La première étape d'une sortie du confinement entre en vigueur ce week-end. Les deux autres vont s'appliquer à partir du 15 décembre et du 20 janvier, si le nombre de contaminations continue de diminuer. Nous faisons le point sur la levée des restrictions à venir.

Alors qu'un hommage national doit être rendu à Alain Cordier cet après-midi, Florence Morel vous raconte le jour où l'ancien résistant a décidé de rétablir la vérité sur Jean Moulin.