À Alençon (Orne), la tradition de la dentelle perdure

La dentelle d'Alençon est classée au patrimoine immatériel mondial. Elle est née au XVIIe siècle. Une poignée de dentellières perpétue la tradition. Le reportage de France 3.

FRANCE 3

Le coeur d'Alençon (Orne) n'a jamais cessé de battre. Depuis des lustres, la ville normande cultive son patrimoine. "Il y a 350 ans Colbert, ministre de Louis XIV créait ici la manufacture royale de dentelle", explique Nathalie Hayter de France 3. Au fil du temps, la dentelle d'Alençon est devenue l'une des plus prestigieuses au monde.
Faite de multiples détails, la dentelle d'Alençon était l'apanage des riches, c'est à dire de la noblesse et du haut clergé.
"Elle est faite pour être vue. Elle est tellement chère, c'est un marqueur social", analyse pour France 3 Johanna Allouch, directrice du Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle. "Aujourd'hui on porte la dentelle surtout dans les sous-vêtements, cela aurait été une aberration même encore au XIXe siècle".

Une précision extrême

La ville a employé des milliers de dentellières. Même si la demande s'est tarie, le point d'Alençon est resté... Et le savoir-faire exceptionnel perdure. La précision est extrême et la patience infinie. Une pièce de 25cm carrée demande 110h de travail. Toutes les dentellières sont passionnées. Aujourd'hui, la production est minimaliste et du coup élitiste.

Le JT
Les autres sujets du JT