Guerre en Ukraine : le maire d'Odessa demande une démolition partielle de la cathédrale gravement endommagée après un bombardement russe

Touchée par une frappe russe dans la nuit de samedi à dimanche, la cathédrale de la Transfiguration à Odessa se trouve fragilisée.
Article rédigé par franceinfo Culture avec AFP
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Des personnes constatent les dégâts dans la cathédrale d'Odessa (Ukraine), bombardée dans la nuit du 22 au 23 juillet 2023. (OLEKSANDR GIMANOV / AFP)

L'air inquiet, un groupe de fonctionnaires ukrainiens observe les fissures sur le mur arrière de la cathédrale de la Transfiguration à Odessa, un splendide édifice touché par un bombardement russe pendant la nuit du samedi 22 au dimanche 23 juillet, dans cette grande ville portuaire. "La menace, c'est que la partie du bâtiment où ce missile russe fou est tombé est en train de bouger", dit à l'AFP le maire d'Odessa, Gennady Troukhanov, devant la cathédrale orthodoxe en partie détruite dans la nuit de samedi à dimanche. "Nous allons immédiatement commencer à démolir ce mur. Il entraînera tout le bâtiment dans sa chute, s'il s'effondre de lui-même", ajoute un peu plus tard le maire en s'adressant au métropolite Agafanguel, un religieux orthodoxe de 84 ans responsable du diocèse.

Odessa, port stratégique de la mer Noire dont le centre historique a été inscrit en début d'année par l'Unesco au patrimoine mondial de l'humanité, avait été jusque-là relativement épargné par l'invasion russe lancée en février 2022. Après son retrait mi-juillet d'un accord sur l'exportation de céréales ukrainiennes, la Russie a commencé à pilonner les zones portuaires de la ville, endommageant également certains des bâtiments les plus anciens et les plus beaux d'Odessa. "Nous n'avions jamais connu de telles attaques à Odessa, c'est la première fois", confirme le maire.

"La fierté d'Odessa"

Le maire de la ville a demandé au métropolite l'autorisation de procéder à une démolition partielle de l'édifice. "Expliquez aux paroissiens que ce n'est pas sûr. Ils ne devraient pas être ici", lui dit-il. "C'est affreux, affreux. Une tragédie. Quel lieu saint !", se lamente le métropolite. Peu auparavant, il avait visité la cathédrale en compagnie d'ecclésiastiques en casques de chantier. Lors d'une liturgie en plein air, des fidèles ont pleuré en écoutant les chants et psalmodies.

De grandes icônes ont été déplacées à l'extérieur de la cathédrale de la Transfiguration à Odessa, touchée par un bombardement dans la nuit de samedi à dimanche. (OLEKSANDR GIMANOV / AFP)

De grandes icônes dorées et des visages de chérubins ont été placés contre les murs extérieurs. À l'intérieur, des bénévoles ont nettoyé le sol et empilé des icônes déchirées et criblés d'éclats. Des peintures murales, achevées récemment, ont été arrachées, laissant apparaître la structure en béton et en métal.

"Ces murs ne sont pas de simples murs. Ils ont été érigés avec nos mains, avec notre amour. Maintenant, c'est un tel coup, une telle douleur, un tel chagrin", se désole une fidèle, Galyna, 58 ans, qui vend des bougies afin de collecter des fonds pour la restauration. "Cette église est la fierté d'Odessa", assure une autre fidèle de 85 ans, également prénommée Galyna, en examinant une icône de la sainte Vierge, sauvée et presque intacte.

Une cathédrale fondée il y a 200 ans

Fondée il y a plus de 200 ans et détruite par les Soviétiques en 1936, la cathédrale de la Transfiguration a été reconstruite au début des années 2000 grâce à des dons. Elle avait été consacrée en 2010 par le patriarche de l'Eglise orthodoxe russe, Kirill. L'édifice relève donc de l'Eglise orthodoxe ukrainienne rattachée au patriarcat de Moscou. Bien qu'elle ait rompu ses liens avec la Russie, nombreux sont ceux qui, en Ukraine, considèrent qu'elle lui est toujours fidèle.

Le porte-parole du diocèse d'Odessa, l'archiprêtre Maximian Pogorelovsky, 31 ans, établit un lien entre la destruction de la cathédrale originale en 1936 et l'attaque récente. "Cette cathédrale a été reconstruite, tout le monde était content, et maintenant les héritiers du bolchevisme – les fusées russes – ont détruit cette cathédrale", dit-il.

L'archiprêtre dit avoir, comme d'autres ecclésiastiques, ressenti "de la haine" et de "l'incompréhension" face au bombardement russe. "Nous pouvons donc affirmer avec certitude qu'ils [les Russes] ont visé la cathédrale, probablement pour nous effrayer et nous troubler", affirme-t-il. Le Kremlin a démenti avoir ciblé l'édifice, assurant que les destructions ont été provoquées par des missiles antiaériens ukrainiens, tirés pour intercepter les roquettes russes qui s'abattaient sur la ville. Outre la cathédrale, les récentes frappes ont touché la Maison historique des scientifiques, aux vitres soufflées, un centre professionnel et des immeubles d'habitation près du port.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.