Cet article date de plus de sept ans.

Débarquement: "Quand Saint-Lô voulait revivre..." les photos d'une renaissance

A l’occasion du 70e anniversaire du débarquement allié en Normandie, une exposition photo rend hommage à la volonté des habitants de Saint-Lô de reconstruire leur ville détruite par les bombardements alliés. Cinquante deux clichés grand format inédits exposés au pied des remparts reviennent sur cette période, de la destruction à la renaissance
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dans la nuit du 6 au 7 juin 1944, Saint-Lô fût presque totalement détruite par les bombardements américains
 (Culturebox / capture d'écran)
Reportage : S.Vinot, J.Hamard, B.Munch
Saint-Lô est une des villes martyres de la Seconde Guerre mondiale. Dans la nuit qui suivit le débarquement, la cité normande fût bombardée sans relâche par l’aviation alliée. Les dégâts sont considérables, Saint-Lô est détruite en quasi-totalité, ce qui lui vaudra le surnom de « capitale des ruines ». La ville sera décorée de la Légion d’honneur et de la Croix de guerre par le Président Vincent Auriol en juin 1948.
Vue des baraques en bois provisoires construites dès 1945
 (Culturebox)
 
Saint-Lô sera libérée le 18 juillet 1944, et dès lors de nombreux habitants ne pensent qu’à une chose, revenir pour reconstruire leur ville. Une volonté inébranlable à laquelle cette exposition rend hommage en une cinquantaine de clichés pris après les bombardements puis pendant la période de reconstruction.
 
Des photos exceptionnelles car inédites provenant des archives privées du photographe Charles Drucbert. C’est son petit-neveu lui-même photographe qui a du faire le tri dans près de 300 000 clichés qui dormait dans un grenier.
Les travaux de reconstruction en dur débuteront à partir de 1948
 (Culturebox)
Exposition « Quand Saint-Lô voulait revivre… »
Dans les rues Havin et Torteron, jusqu’au 28 septembre 2014

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Patrimoine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.