Dans sa Cité internationale à Villers-Cotterêts, la langue française se donne "à voir et à entendre"

Le nouveau site culturel, qui ouvre ses portes le 1er novembre au public, est désormais le lieu pour appréhender le français dans ses dimensions culturelle, sociale, linguistique et historique grâce à un parcours de visite permanent immersif et interactif. Suivez le guide.
Article rédigé par Falila Gbadamassi
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 7 min
Le ciel lexical au-dessus de la cour du Jeu de Paume dans le château de Villers-Cotterêts, qui abrite la Cité internationale de la langue française,  le 9 octobre 2023 à Villers-Cotterêts (Aisne). (FG/FRANCEINFO)

Le château de Villers-Cotterêts, monument français de la Renaissance, est désormais la "maison" du français, qui se dévoile dans le parcours permanent de visite de la Cité internationale de la langue française. Il est à explorer à compter du 1er novembre après avoir franchi la porte du château située côté ville, traversé la cour, pénétré le Logis royal, emprunté l'Escalier du roi et visité la salle dédiée à l'histoire du lieu.

"L'aventure du français" s'annonce alors comme un périple dont les 50 destinations francophones s'affichent comme dans un aéroport : départ possible de Genève (Suisse) et arrivée à Victoria (Canada), avec escales à Port-au-Prince (Haïti), Mata Utu (Wallis-et-Futuna) ou Dakar (Sénégal). Les trajets sont modulables, à l'image de la "langue-monde" qu'est le français.

"En chansons" (DIDIER PLOWY - CMN)

"Un monde de création"

La dispersion, le fonctionnement et la dimension politique de cette langue sont les trois grandes pistes ouvertes aux visiteurs. "Le parti que nous avons pris, rappelle Xavier North, le commissaire principal du parcours, c’est justement de ne pas faire une histoire du français qui commencerait par les Serments de Strasbourg et qui s'achèverait par le rap ou le verlan aujourd'hui. Nous avons cherché à montrer le français dans toutes ses dimensions." Il se donne ainsi "à voir et à entendre".

À commencer par la façon dont l'humour ou la chanson d'expression française le mettent en valeur. "Le français est un monde de création tel que des artistes ont pu en exalter les capacités expressives, à la fois à l’écrit et à l’oral autour de thèmes bien précis", comme la passion amoureuse, la colère ou la révolte. Après cette éloquente démonstration dans la première des 15 salles du parcours, l'œil du visiteur est attiré par la bibliothèque "magique" qui y trône, conçue comme "un cabinet de curiosités", pointe Xavier North. Les titres des œuvres se devinent, par exemple, en jouant sur une machine à sous ou grâce aux indices disséminés dans cette bibliothèque géante. Le moule à madeleines ainsi que les marionnettes des mousquetaires et de Milady sont une incitation, pour petits et grands, à réviser ses classiques, ou du moins à montrer qu'on les connaît. Pas question de s'embarrasser devant Alexandre Dumas, un natif de Villers-Cotterêts.

Portrait d'Alexandre Dumas par Alexis Gouin vers 1951 - Bibliothèque "magique" (DIDIER PLOWY - CMN)

"Une langue métissée"

Plus loin, "Circulez, il y a tout un monde à voir", promet la graffeuse Miss.Tic, disparue en 2022 : une invitation à la découverte de cette "référence mondiale" qu'est le français. Pour preuve, "la manière dont [il] s’est infiltré dans un grand nombre de langues", constate Xavier North. En outre, c’est au français "historiquement que l'on a le plus emprunté". Un immense mur, interactif et coloré, invite à se pencher sur les "mots migrateurs" comme "carte blanche", "bouquet" ou encore "soutien-gorge". Une recherche par objet ou par langue est proposée. L'autre indice du rayonnement du français est la traduction : "75% des titres dans le monde sont traduits de l’anglais" mais le français tient vaillamment la deuxième place dans ce classement. Illustration avec Le Petit Prince "qui est l’ouvrage le plus traduit au monde après la Bible".

"Les mots migrateurs" (DIDIER PLOWY - CMN)

Pour les francophones africains, cette section sera le lieu de casser un mythe : non, ils ne sont pas l'avenir du français quand bien même la majorité des plus de 300 millions de francophones se trouvent aujourd'hui en Afrique et que la République démocratique du Congo est l'endroit où l'on parle le plus le français après la France. "L'importance d'une langue ne se réduit pas au nombre de personnes qui la parlent", explique Xavier North. D'autres facteurs entrent en ligne de compte, comme la littéralité, à savoir "la capacité d'une langue à produire des œuvres". "Il y a des œuvres majeures de l'esprit qui continuent à être produites en français et qui contribuent à son rayonnement et font son importance. La meilleure manière de défendre le français au fond, c'est de l'illustrer, de produire des concepts qui, par ailleurs, ne peuvent s'exprimer qu'en français."

À double tranchant

C'est déjà cette faculté qui en avait fait la langue des lumières au XVIIIe siècle en Europe. Il s'est ensuite "imposé dans le monde à la faveur d’une aventure coloniale". Cette dernière démarre "sous François Ier en Amérique", puis le français s'impose à nouveau "au XIXe siècle et jusqu’au milieu du XXe siècle en Afrique". "On ne dissimule pas la violence de cette imposition" qui s'est faite notamment par l'école, insiste Xavier North. La maîtrise du français par ceux qui sont forcés de l'apprendre en fera aussi, paradoxalement, "une langue d'émancipation". Les grandes voix de la francophonie comme les poètes et hommes politiques (pour les deux premiers) Aimée Césaire, Lépold Sédar Senghor et Léon-Gontran Damas ont développé la négritude, courant politique et littéraire, dans la langue de Molière.

S'approprier le français requiert qu'on en connaisse le fonctionnement. C'est le propos de la deuxième grande séquence du parcours, où l'on remonte le fil d'une langue métissée, qui a emprunté à d’autres. Une projection à 360°, à l'intérieur d'un dôme, surplombe différents objets désignés par des mots venant d'ailleurs. Les racines arabes du mot "abricot" s'exposent et font le récit de l'un des multiples exemples d'un voyage linguistique. À l’origine de ce terme, un mot latin qui passe en grec, en arabe puis s’introduit dans l’espagnol, le catalan, pour enfin arriver au français. "Violon", mot d’origine italienne comme "douche" ou "soldat", ont fait des escapades similaires. "La francophonie est ce dialogue entre le français et la diversité des langues du monde", résume Xavier North.

Jeux de mots

Ensuite, la construction des mots s'appréhende dans des salles 100% interactives. Une dictée, proposée par deux humoristes linguistes belges, aide à tester son orthographe et sa grammaire. On peut également jouer avec une version moderne du jeu de paume (ancêtre du tennis) une partie pour découvrir les prêtés rendus entre le français et l’anglais. C’est le cas du mot "tennis" justement, mot français qui a migré vers l'anglais et qui est redevenu français. 

L'immersion se poursuit pour retranscrire la résistance du français aux anglicismes qui l'envahissent à la faveur, entre autres, des innovations technologiques et des nouvelles pratiques culturelles. Le débat autour des emprunts est ainsi lancé : "traduire ou ne pas traduire ?", telle est la question. Un ingénieux dispositif met en scène des personnages qui relancent le débat et rappellent qu’un mot français existe si vous votez pour un anglicisme : "fake news" pour "infox" par exemple. Ces interlocuteurs se feront un point d'honneur à recommander "fausse nouvelle". La langue de Molière, périphrase utilisée pour désigner le français parce que le dramaturge a mis en scène toutes les manières de le parler à son époque, s'insurge démontrant combien elle s'invente continuellement. Peut-être aussi parce qu'elle représente "un enjeu de souveraineté", qu'elle demeure "une affaire d'Etat".

Dans la salle "La norme et l'usage" (DIDIER PLOWY - CMN)

Une institution face au "défi de la pluralité"

La troisième séquence, consacrée à sa dimension politique, s'articule autour de grandes dates. La première : 1992, où "le français s'inscrit dans la Constitution de la République". Des siècles plus tôt, en 1794, "le moment révolution" rappelle Xavier North, le français "va chercher à s’imposer sur les patois autour de la figure de l’Abbé Grégoire. [Il] sera mis au défi de la pluralité". Le challenge perdure encore aujourd'hui. Une grande carte des territoires de la République montre les 72 langues régionales avec lesquelles cohabite le français.

Une langue qui n'a cessé de s'institutionnaliser : la création de l’Académie française en 1635 est l'aboutissement de ce processus. Plus d'un siècle auparavant, l'ordonnance de Villers-Cotterêts de 1539 visait le même objectif. Ce document qui est "un monument du droit à l’intérieur de ce monument qu’est le château", rappelle Xavier North, est "l’origine de l’Etat civil". Exit le latin. L'ordonnance, signée par François Ier, fait du français "la langue de la justice et de l’administration", l'érigeant au rang de "langue officielle du royaume". Le parcours montre d'ailleurs comment la Cour européenne de justice a préservé cette dimension juridique en faisant de lui la langue de travail de l'institution.

Ordonnance de Villers-Cotterêts (BENJAMIN GAVAUDO - CMN)

Le voyage dans l'univers de la langue française s'achève avec "un moment d'émerveillement" : la découverte de la chapelle royale, au décor influencé par l'Italie, l'un des trois chefs-d’œuvre de la Renaissance qu'abrite Villers-Cotterêts avec l'Escalier du roi et celui de la reine par lequel l'on quitte le parcours.  

La Cité internationale de la langue française - château de Villers-Cotterêts
1, place Aristide Briand - 02600 Villers-Cotterêts
Ouvert, à compter du 1er novembre 2023, du mardi au dimanche de 10h - 18h30  (dernier accès à la Cité, une heure avant la fermeture)
Fermeture le lundi (sauf les lundis de Pâques et de Pentecôte) et les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre
Tarif :  9 €, gratuit pour les moins de 26 ans 
Le parcours de visite "L’aventure du français" est en accès gratuit (réservation obligatoire) du 1er au 12 novembre 2023

                                                                                                                                                      

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.