Archéologie : une "chambre d'esclaves" découverte dans les ruines de Pompéi

Cette découverte très rare, selon les archéologues, a été faite lors de fouilles dans une villa de Civita Giuliana, un quartier situé à quelques centaines de mètres au nord du parc archéologique de Pompéi, enseveli en 79 après J.-C.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Ruine d'une colonnade autour du Forum de Pompéi (Italie), datant du IIe siècle avant J.-C., photographiée le 29 décembre 2020. (MANUEL COHEN / AFP)

Découverte exceptionnelle à Pompéi. Des archéologues ont annoncé, samedi 6 novembre, avoir mis au jour les vestiges d'une "chambre d'esclaves". Elle abrite trois lits, dont l'un de la taille d'un enfant, huit amphores, un pot en céramique et un coffre en bois. Cette chambre a été découverte lors de fouilles dans une villa de Civita Giuliana, un quartier situé à quelques centaines de mètres au nord du parc archéologique de Pompéi (Italie), enseveli en 79 après J.-C.

"C'est une fenêtre sur la réalité précaire de ces gens qui apparaissent rarement dans les sources historiques, écrites presque exclusivement par des hommes appartenant à l'élite."

Gabriel Zuchtriegel, directeur général du site archéologique de Pompéi

communiqué de presse

Ce "témoignage unique" sur la façon dont "les plus faibles de la société ancienne vivaient (...) est certainement l'une des découvertes les plus excitantes de ma vie d'archéologue", a ajouté le directeur général du site archéologique. La chambre de 16 mètres carrés était située entre une chambre à coucher et un débarras. "Cette chambre, grâce à son état de conservation exceptionnelle, nous offre un aperçu rare de la réalité quotidienne des esclaves", souligne le parc archéologique.

Cette chambre a été découverte à l'endroit où, en début d'année, avait été mis au jour un grand char de cérémonie, dans un excellent état. Selon les archéologues, la chambre était probablement occupée par des esclaves en charge de l'entretien du char. Le coffre en bois contenait des objets en métal et en tissu qui semblent faire partie des harnais des chevaux qui tiraient le char. Un axe de char a d'ailleurs été retrouvé sur l'un des lits. Le char avait été découvert dans un porche devant une écurie où, déjà en 2018, les restes de trois équidés avaient été trouvés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Archéologie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.