Cet article date de plus de sept ans.

"Noël est là" : comment bien réussir sa chanson humanitaire ?

La version britannique destinée à récolter des fonds contre Ebola a ramené 1,3 million d'euros dans les premières cinq minutes de sa mise en ligne. Une version française est en préparation.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Bob Geldof donne une conférence de presse pour la sortie de la chanson caritative contre Ebola du collectif Band Aid, à Berlin (Allemagne), le 13 novembre 2014. (PICTURE ALLIANCE / AFP)

Joey Starr, Vanessa Paradis et Maître Gims chantant d'une seule voix, c'est forcément pour la bonne cause. La chanson du collectif Band Aid du Britannique Bob Geldof contre l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest va être adaptée en France, sous la houlette de Carla Bruni, a-t-on appris, vendredi 21 novembre. Son titre : Noël est là. Elle sera mise en ligne le 1er décembre. La version britannique a récolté 1,3 million d'euros dans les cinq minutes suivant son apparition sur internet.

Francetv info a listé les ingrédients du succès pour une chanson caritative.

Règle numéro 1 :  choisir une cause consensuelle 

Band Aid, une association britannique, a été pionnière dans le genre de la chanson caritative. En 1984, un collectif d'artistes, autour de Bob Geldof et Midge Ure, se réunit pour lever des fonds contre la famine qui sévit en Ethiopie. La chanson Do They Know It's Christmas ? est un succès énorme. Cette initiative contre la famine en Afrique touche un large public. Le single est vendu à 3,57 millions d'exemplaires. Environ 12,5 millions d'euros sont collectés.

Règle numéro 2 : réunir un parterre de stars

Inspirés par cette réussite britannique, Lionel Richie et Mickaël Jackson décident, en 1985, de réaliser une chanson humanitaire au sein du collectif USA for Africa. Il s'agit aussi de lever des fonds contre la famine en Afrique. Quarante-quatre artistes répondent présents. Et parmi eux des stars mondiales : Tina Turner, Bruce Springsteen, Cindy Lauper, Stevie Wonder, Diana Ross ou encore Ray Charles. C'est un  carton : We Are the World se vend à 20 millions d'exemplaires, et 63 millions de dollars sont récoltés.

Règle numéro 3 : des paroles simples qui restent en tête

Une cause unanime, des stars devant le micro sont les clés de la réussite. Mais pour qu'une chanson caritative fonctionne, il faut aussi un air qui s'ancre dans les esprits, avec des paroles faciles à retenir. En France, la chanson à l'initiative de Coluche en 1986 est un succès. C'est même devenu l'hymne des Restos du Cœur. Le titre est écrit par Jean-Jacques Goldman. Le refrain "Aujourd'hui, on n'a plus le droit, ni d'avoir faim, ni d'avoir froid" est connu de plusieurs générations. L'argent récolté sert à la distribution de repas quasi gratuits aux plus démunis. 

Règle numéro 4 : recycler le projet

La chanson des Restos du Cœur est reprise chaque année depuis trente ans, et interprétée au début des concerts des Enfoirés. Band Aid a aussi renouvelé son expérience de 1984. Trois autres versions ont vu le jour, en 1989, 2004 et 2014. La dernière version entend lutter cette fois contre l'épidémie Ebola. Mais la chanson n'a presque pas été changée. Le titre est le même, Do They Know It's Christmas ?, ainsi que les refrains, ce qui ne va pas sans controverse. Seuls les couplets ont été adaptés à la situation actuelle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Culture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.