Cet article date de plus d'un an.

Vieilles Charrues : Stromae, Orelsan, Midnight Oil... et 400 drones pour le 30e anniversaire du festival

Les Vieilles Charrues reviennent à leur jauge habituelle de 70 000 entrées par jour pour leurs 30 ans, après deux années perturbées par la crise sanitaire. Les têtes d'affiche ? Stromae, Angèle, Clara Luciani, Orelsan, les Têtes raides, Midnight Oil, Matmatah... Avec une sélection de concerts diffusés par France Télévisions. 



Article rédigé par franceinfo Culture avec AFP
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 4 min
Le concert de Stephan Eicher au festival des Vieilles Charrues, le 16 juillet 2021. (QUEMENER YVES-MARIE / MAXPPP)

Des dizaines de milliers de festivaliers s'apprêtent à re-déferler sur la plaine de Kerampuilh, à Carhaix (Finistère), après deux éditions bousculées par le Covid. Pour sa 30e année, du 14 au 17 juillet, les Vieilles Charrues reviennent à leur jauge habituelle, sur le thème "Back to the 90's" (retour aux années 90). Un clin d'oeil à ses origines pour ce festival devenu l'un des plus gros de l'Hexagone.

Un melting pot de rock, rap, électro

Côté pop et chanson, on retrouve Clara Luciani, Angèle, Stromae, -M-, Vianney, Juliette Armanet, Aloïse Sauvage, Mansfield.TYA, Vendredi sur mer, ou encore le jeune groupe pop rennais La Battue. Les Têtes Raides, qui reviennent avec Bing Bang Boum, et Midnight Oil, remplacent Maxime Le Forestier et Queens of the Stone Age après leurs annulations. Vitalic, Contrefaçon, Thylacine, DJ Snake, ou encore Meute et NTO représenteront la scène électro. Avec un mix pas comme les autres : Bob Sinclar et Pedro Winter pour une exceptionnelle performance en duo (ou "B2B").

Au rayon rap, sont programmés Orelsan, Laeti, de la série Validé, Lujipeka, SCH et Ninho, et pour le rock, les Irlandais Fontaines D.C., sacrés "meilleur groupe au monde" par le magazine britannique New Musical Express, ainsi que Matmatah, Lulu Van Trapp, Feu! Chatterton ou Izïa. La chanteuse belgo-congolaise Marie-Pierra Kakoma, qui porte le nom de scène Lous and the Yakuza, ou encore Celeste seront également sur scène.

400 drones pour un ballet de lumière chaque soir

Le point d'orgue de trois décennies pendant lesquelles les Vieille Charrues ont fait vibrer la Bretagne de l'intérieur. Après Bruce Springsteen qui harangue son public en breton, Muse qui chante en Kway sous des seaux de pluie, un championnat d'"air biniou"... "On est très fiers de fêter nos 30 ans avec toujours autant de têtes d'affiche et de nouveaux talents. Ca nous amuse toujours de voir sur les affiches les noms d'artistes de renom faire Berlin, Londres, Milan et ... Carhaix qu'on sait maintenant situer sur la carte", s'est félicité auprès de l'AFP Jérôme Tréhorel, directeur général du festival.

Particularité cette année, 400 drones s'élèveront dans le ciel chaque soir aux alentours de minuit pour une chorégraphie assortie de jeux de lumière et d'une bande sonore, afin de célébrer l'anniversaire du festival, ont annoncé les organisateurs. Annulé en 2020 en raison de la pandémie de coronavirus, le festival s'est tenu l'été dernier sous une forme restreinte avec une jauge maximum de 5 000 personnes pour chacune des dix soirées organisées.

À l'origine, "une petite fête entre potes"

Ça ne devait être qu'une "petite fête entre potes" pour célébrer la fin de l'année universitaire. En 1992, une dizaine d'étudiants et pions attirent 500 convives près de Carhaix (Finistère) pour une kermesse "sans prétention musicale", avec "grillade de bison" et "lancer de botte". Mais, avec les années, l'équipe s'est "faite bluffer par un public toujours plus nombreux", jusqu'à atteindre 280 000 entrées en quatre jours, raconte Jean-Luc Martin, président bénévole du festival, qui ambitionne de "faire rêver les gens chez eux".

C'est un petit miracle breton, une Bretagne rurale dont on est fiers.

Loïg Chesnais-Girard, président de la région Bretagne

Festival associatif sans subventions publiques, les Vieilles Charrues ne pourraient de fait pas fonctionner sans les bénévoles, qui représentent aujourd'hui 7 150 personnes. Le gigantisme de l'événement parle de lui-même: 100 hectares de terrains, 18 millions d'euros de budget, 35 000 campeurs par jour, 17,5 km de saucisses et 39 512 kebabs vendus par édition... "C'est un petit miracle breton, une Bretagne rurale dont on est fiers", commente Loïg Chesnais-Girard, président de la région Bretagne.

Une douzaine de concerts en direct, puis en replay

"Cela montre que notre petit pays de Centre-Bretagne, qui connaissait des difficultés économiques, une baisse démographique, sans TGV, sans 2x2 voies, sans aéroport, a su relever un immense défi grâce à l'énergie de sa population locale", observe le maire de Carhaix Christian Troadec, co-fondateur et président d'honneur des Charrues. Blague de potache au départ, le nom "Vieilles Charrues" est un pied de nez aux "Fêtes maritimes de Brest", lancées la même année, en réaction à des médias "uniquement focalisés sur ce qui se passe sur la côte". Chaque année, le coup d'envoi est donné par un "tirer de charrues" pour "tracer le sillon de la nouvelle édition".

Pour célébrer ce point culminant de trois décennies de riffs et lives, les caméras de France Télévisions vous emmènent au festival finistérien. Au programme : douze concerts à suivre en direct sur Culturebox. Le jeudi 14 juillet avec Bianca Costa (15h55), Laeti (17h25) et Le Juiice (19h15). Le vendredi avec Luidji (18h05), Matmatah (19h30) et Stand High Patrol (21h45). Le samedi avec Dewaere (16h30), Mansfield.TYA  (21h45) et Vitalic (00h15). Et le dimanche avec La Battue (15h00), Structures (16h45), et Metronomy (20h15). Sauf ce dernier, tous seront disponibles en replay très prochainement, avec le concert de Bagarre également. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.