13h15, France 2

VIDEO. Quand Michel Sardou vote François Mitterrand en 1981... après une grosse décennie de chansons bien à droite

De nombreux thèmes abordés par Michel Sardou dans ses chansons l’ont clairement marqué à droite sur l’échiquier politique français. Et pourtant, il va mettre un bulletin dans l’urne en faveur du candidat de "La force tranquille" opposé à Valéry Giscard d’Estaing lors de cette présidentielle… Extrait du magazine "13h15 le dimanche" du 27 mai.

Voir la vidéo

Pendant toutes les années soixante-dix, Michel Sardou a trimballé une étiquette de "chanteur de droite", voire plus ! Il faut bien dire qu’il y avait mis du sien avec notamment ses chansons sur les "Ricains", la peine de mort (Je suis pour)… mais aussi sa misogynie revendiquée, etc. Des thèmes bien marqués qui ont souvent suscité l’antipathie, la colère et parfois la haine de personnes plutôt classées à gauche. En 1981, celui qui chante La Maladie d’amour (1973) tombera pourtant dans les bras de… François Mitterrand.

Après le septennat de Valérie Giscard d’Estaing (1974-1981), Michel Sardou souhaite voter à gauche, pour le candidat de "La force tranquille", comme le proclamaient les affiches de la campagne électorale. "C’est un mec d’hommes, c’est-à-dire qu’il va choisir l’homme, estime l’auteur-compositeur Pierre Billon, un ami d’enfance. Je ne pense pas qu’il va choisir la connotation politique. Il s’en fout ! Il va choisir l’homme. Qu’il soit de droite, de gauche, du milieu… il s’en fout. Ce n’est pas un homme de droite. Ce n’est pas vrai, c’est des conneries ça."

 "Je suis tout seul, tronche à tronche avec lui"

"Sardou, c’est une voix, une allure, des chansons à texte avec la fluctuation du tempérament français, analyse Jean-Louis Debré, ancien président du Conseil constitutionnel (2007-2016) pour le magazine "13h15 le dimanche" (replay). La France est parfois à gauche, elle est tantôt à droite. L’histoire de la France, c’est ce mouvement entre une droite républicaine et une gauche républicaine. Il est un peu à l’image de la France." Et quelques années plus tard, le président de la République invite le chanteur à déjeuner. "Je m’attendais à un déjeuner général des artistes du moment, se souvient Michel Sardou. Pas du tout, je suis tout seul, tronche à tronche avec lui…"

"Il m’a dit : 'Vous êtes un homme aigu, avec des angles aigus. J’en ai assez des hommes ronds.' Il m'a tué, parce que quand il m’a remis la Légion d’honneur, il me dit : 'Je ne suis pas mort, je dors. Très bonne chanson.' Je crois qu’on est deux à connaître cette chanson, lui et moi. Comment a-t-il été la chercher et pourquoi ?" Extrait de cette chanson composée par Pierre Billon : Rangez-moi dans vos souvenirs / Mais j'n'ai pas fini d'en finir / Je dors, je dors / Gardez vos larmes et vos cris / Que l'on m'ait aimé ou haï / Je dors… Michel Sardou, aimé ou haï, aligne quatre Victoires de la musique, plus de cent millions de disques vendus… et n'a aucun regret depuis ses débuts dans les années soixante-dix.

13H15 / FRANCE 2
13H15 / FRANCE 2 (CAPTURE ECRAN / 13H15 / FRANCE 2)