Les Victoires de la musique ne "servent qu'à auto-congratuler un show-business qui est en récession permanente"

La cérémonie ne dope plus les ventes, explique Olivier Cachin, présentateur de l'émission "Sélection Rap" sur la radio Mouv'.

Bigflo & Oli sacrés artistes masculins de l\'année lors de la 34e cérémonie des Victoires de la Musique le 
Bigflo & Oli sacrés artistes masculins de l'année lors de la 34e cérémonie des Victoires de la Musique le  (THOMAS SAMSON / AFP)

Jeanne Added et Bigflo & Oli ont créé la surprise en décrochant les prix d'artistes féminine et masculins de l'année lors des Victoires de la musique vendredi 8 février. Mais cette cérémonie ne sert qu'à "auto-congratuler un show-business" en "récession permanente" sans pour autant doper les ventes, selon Olivier Cachin, présentateur de l'émission "Sélection Rap" sur la radio Mouv'.

franceinfo : Les Victoires de la musique dopent-elles les ventes de disques ?

Olivier Cachin : Cela fait bien longtemps que les émissions télévisées, que ce soient les Victoires de la musique ou la Star Academy, ne sont plus un garant pour des ventes augmentées de 10, 20 ou 30%, comme c'était le cas il y a encore peut-être une dizaine d'années. Je crois que le divorce est vraiment très prononcé aujourd'hui.

N'y a-t-il pas eu un effet Claudio Capéo, en 2017 ?

Il peut y avoir un effet de confirmation pour les artistes qui ont déjà été co-opté par le public, ils ont un petit coup de boost avec les Victoires de la musique ou une présence dans la cérémonie mais ça reste quand même extrêmement marginal. Les chiffres d'écoute de ces émissions sont généralement en chute libre. Depuis l'apparition des réseaux sociaux, les artistes n'attendent plus les médias traditionnels, que ce soient les grandes télés ou les grands médias presse, pour vendre des disques et s'adresser à leur public.

Mais alors, à quoi servent les Victoires de la musique ?

Les Victoires de la musique servent à auto-congratuler un show-business qui est en récession permanente même si on sait que le streaming a fourni une bouffée d'air. Le rôle des majors, notamment dans la promotion de la musique, a considérablement diminué. Beaucoup d'artistes annoncent en même temps à leurs fans et à leur maison de disque leurs projets futurs. Les majors qui étaient maîtres du jeu il y a encore 15 ans sont désormais plutôt des boîtes aux lettres pour transmettre la musique.