La rappeur marseillais Naps visé par une enquête pour viol

L'auteur du tube de "La Kiffance" est accusé de viol par une jeune femme de 20 ans. Selon "Le Point", les faits se seraient déroulés dans la soirée du 30 septembre au 1er octobre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le rappeur Naps, à Marseille, le 18 juillet 2019. (SPEICH FREDERIC / MAXPPP)

Le rappeur marseillais Naps, l'auteur de "La Kiffance", un des tubes de l'été, est visé par une enquête pour viol, a appris franceinfo auprès du parquet de Paris, confirmant une information de l'hebdomadaire Le Point. L'enquête, ouverte le 3 octobre, a été confiée à la 2e DPJ, qui dépend de la direction régionale de la police judiciaire

Selon le magazine, c'est une jeune femme de 20 ans qui est à l'origine de la plainte. Les faits se seraient déroulés dans une boîte de nuit, dans la soirée du 30 septembre au 1er octobre. 

"J'ai même pas été contacté par la police"

La jeune femme affirme qu'elle et le chanteur marseillais auraient sympathisé et se seraient rendus à l'hôtel ensemble. C'est à ce moment-là qu'elle affirme avoir subi le viol. "Elle affirme (...) ne pas avoir été en mesure de repousser l’agresseur présumé car tous ses membres étaient paralysés (...). À ce stade, l’absorption de substances toxiques n’est pas avérée, le service d’enquête était ce mercredi dans l’attente de résultats toxicologiques", détaille Le Point.

"Je conteste évidemment l'ensemble des faits allégués", a réagi l'artiste sur Instagram. Les investigations ont été confiées au deuxième district de la police judiciaire de Paris (2e DPJ).

"Je vois dans la presse les rumeurs qui circulent et recirculent... ça salit mon nom alors que j'ai rien fait, j'ai même pas été contacté par la police je sais même pas de quoi il s'agit en vrai", a écrit Naps sur le réseau social, indiquant qu'il déposerait une plainte pour dénonciation calomnieuse.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Rap

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.