Procès de R. Kelly : le chanteur se voyait comme un "génie" pouvant agir dans l'impunité, accuse une plaignante

Stephanie, 39 ans aujourd'hui, est la troisième femme à prendre la parole lors du procès de l'artiste.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le chanteur R.Kelly lors de son arrivée au tribunal de Chicago (Etats-Unis), le 6 juin 2019. (KAMIL KRZACZYNSKI / AFP)

Au procès de R. Kelly, l'une des plaignantes a accablé le chanteur lors de son témoignage jeudi 26 août. Stephanie, qui a dit avoir entretenu une relation avec la star déchue du R&B pendant six mois quand elle avait 17 ans, a relaté une conversation au cours de laquelle il aurait exprimé sa préférence pour les "jeunes filles" et se serait demandé pourquoi "les gens en faisaient toute une histoire".

"Regarde Jerry Lee Lewis", aurait déclaré le chanteur, faisant référence à un pionnier du rock and roll qui avait fait scandale en épousant sa cousine âgée de 13 ans dans les années 1950. "C'est un génie et je suis un génie. On devrait pouvoir faire tout ce qu'on veut", aurait affirmé R. Kelly. "Regarde tout ce que nous donnons au monde."

Des relations sexuelles "humiliantes", selon elle

Stephanie, 39 ans aujourd'hui, est la troisième femme à prendre la parole lors du procès de R. Kelly à New York pour accuser le chanteur, jugé pour extorsion, exploitation sexuelle de mineure, enlèvement, corruption et travail forcé, sur une période allant de 1994 à 2018. 

Les relations sexuelles avec R. Kelly étaient "humiliantes", a-t-elle affirmé, décrivant de façon crue ses demandes et expliquant qu'il filmait régulièrement leurs ébats. Le chanteur, qui risque la prison à vie, nie les accusations.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pop

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.