Musique : avec "Black Times", Seun Kuti appelle à l'union africaine

Une semaine après Femi Kuti, le cadet de Fela, Seun Kuti, sort à son tour un nouvel album, très engagé. Le bien nommé "Black Times" célèbre l'Afrique, brocarde ses dirigeants, plaide pour une émancipation sociale. On y entend clairement les accents protestataires que Fela infusait dans sa propre musique.

Seun Kuti sort vendredi 2 mars son nouvel album, \"Black Times\".
Seun Kuti sort vendredi 2 mars son nouvel album, "Black Times". (JOHANN SAUTY)

C'est peu dire que l'héritage de Fela, musicalement et politiquement, est lourd à porter. Seun Kuti, 35 ans, s'en sort plutôt bien, lui dont les phalanges affichent huit lettres qui forment le mot "Afrobeat", et qui s'attache depuis 20 ans à faire vivre sa musique, dans les pas de celles de son père. Cet album, Black Times, est son manifeste, dans un monde profondément inégalitaire, "un monde dans lequel on nous dit que Facebook peut résoudre tous les problèmes, du moment que vous postez quelque chose, ou que vous brandissez un drapeau".

Fela avait son extraordinaire orchestre Africa 70, Seun a le sien, Egypt 80, renforcé sur le titre éponyme par le grand Carlos Santana. Mais l'essentiel est le message, pour une grande prise de conscience africaine, souvent phagocytée par ses dirigeants : "Il faut renforcer notre identité, pour former les jeunes générations progressistes dont nous avons besoin pour résoudre les problèmes de notre terre-mère".

On ne nous a jamais appris l’histoire de tous ces grands hommes africains qui sont morts pour que nous ayons un peu plus de libertéSeun Kuti

Patrice Lumumba, Thomas Sankara, Chaka Zulu, Nasser... Seun Kuti cite tous ces grands noms, ceux des hommes qui ont lutté pour faire exister l'Afrique. Et le message est d'autant plus puissant sur Black Times, quand cette musique vibrante et profonde lui donne le souffle nécessaire.

Seun Kuti, leader par la musique sur "Black Times"
--'--
--'--

Seun Kuti, Black Times (Strut Records). Album disponible le 2 mars. En tournée, de passage à Paris (Bataclan) le 7 mars.