"Les posts étaient exacts, mais l'interprétation était erronée" : Mennel Ibtissem revient sur son éviction de "The Voice"

Invitée de l'émission "Quotidien" sur TMC jeudi soir, la jeune chanteuse a présenté son premier single, "Je pars mais je t'aime", tout en s'expliquant sur la polémique ayant provoqué son départ de "The Voice". 

La chanteuse Mennel Ibtissem dans l\'émission \"The Voice\" de TF1, diffusée le 3 février 2018.
La chanteuse Mennel Ibtissem dans l'émission "The Voice" de TF1, diffusée le 3 février 2018. (TF1)

Mennel est de retour, trois mois après avoir quitté "The Voice". La jeune chanteuse, contrainte de renoncer au concours après avoir posté des messages complotistes sur les attentats de Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray, est revenue sur cette polémique jeudi 10 mai, sur le plateau de l'émission "Quotidien" sur TMC.

"Pour moi, la polémique était erronnée, elle était fausse", a défendu l'artiste de 22 ans, venue présenter son premier single, Je pars mais je t'aime. "Je ne me reconnaissais même pas [dans cette polémique]", a-t-elle abondé, évoquant "un amalgame". "Les posts étaient exacts mais l'interprétation était erronnée. (...) On m'a prêté de mauvaises intentions et c'est ça qui était le plus difficile." 

"J'ai eu le coeur brisé, autant que tout le monde"

"Je regrette que cela ait été mal compris", a renchéri la jeune artiste, au sujet de ces messages polémiques dans lesquels elle formulait un raisonnement complotiste sur l'attentat de Nice, et écrivait, quelques jours après celui de Saint-Etienne-du-Rouvray, que "les vrais terroristes, c'est notre gouvernement". 

"Ce que je voulais dire c'était bien le contraire", a-t-elle défendu sur le plateau de "Quotidien". "Il fallait comprendre que je suis citoyenne française et que j’ai eu le coeur brisé, autant que tout le monde." 

"Ma Maman est nicoise et toute ma famille est à Nice", a ajouté la chanteuse. "J'ai pleuré comme tout le monde et j'ai été énormément touchée, et je comprends toutes les personnes qui ont été touchées par ce que j'ai pu dire." "C'était un malentendu", a-t-elle insisté.