Le rappeur Nick Conrad, auteur du clip "Pendez les Blancs", entendu en audition libre après l'ouverture d'une enquête

Les enquêteurs de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne auditionnent le rappeur, après l'ouverture d'une enquête par le parquet de Paris.

Capture d\'écran du clip \"PLB\" de Nick Conrad, le 26 septembre 2018, sur YouTube. 
Capture d'écran du clip "PLB" de Nick Conrad, le 26 septembre 2018, sur YouTube.  (NICK CONRAD / YOUTUBE)

Après le tollé suscité au sein du gouvernement et l'ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet de Paris, le rappeur Nick Conrad est entendu en audition libre, vendredi 28 septembre, selon une source judiciaire, qui a confirmé l'information à franceinfo. En l'espace de vingt-quatre heures, le clip de sa chanson PLB – pour "Pendez les Blancs" – a provoqué une vive polémique, amplifiée par les réseaux sociaux.

Ce sont les enquêteurs de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), à laquelle le parquet a confié les investigations, qui l'auditionnent. L'enquête est ouverte pour "provocation publique à la commission d'un crime ou d'un délit, selon LCI. Selon l'article 24 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, les faits sont passibles d'une peine maximale de 5 ans de prison et de 45 000 euros d'amende.

La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) et la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah, rattachée au Premier ministre) ont saisi le procureur de Paris. De son côté, Brigitte Marsigny, la maire de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), où a été tourné le clip, a décidé de porter plainte contre le rappeur.