Léonie écrit pour ceux qui n'en ont pas le don

Ancienne journaliste, Léonie Place a créé un métier : elle est rédactrice de contes de faits. Entre l'écrivain public et le reporter, elle s'est spécialisée dans le récit d'une journée ou celui d'une vie. Un mariage, une convention professionnelle, des souvenirs, elle recueille, met en forme, rédige et au bout de la démarche, publie un livre. Parfois en un seul exemplaire. Peut-être les archives de demain.

Léonie en pleine retranscription de ses notes
Léonie en pleine retranscription de ses notes (France 2 Culturebox Capture d'écran)

Qu'il obtienne un succès international ou ne connaisse qu'une poignée de lecteurs, un livre, c'est un livre ! Ceux qu'écrit Léonie Place, une ancienne journaliste de 27 ans, n'ambitionnent pas de décrocher le Goncourt ou le Pulitzer. Le jeune femme met ses talents d'enquêtrice et de rédactrice au service d'un métier dont elle a inventé le nom : elle est rédactrice de contes de faits, son entreprise s'appelle SCRIBEUSE.

Comme les scribes de l'Antiquité égyptienne à qui a elle enprunté le nom sinon la fonction, elle retranscrit ce qu'elle voit et entend. Son support n'est pas un palimpseste mais un cahier dont les notes seront mises en forme sur ordinateur. Ecrivaine à gages, elle travaille sur commande. 

Reportage : F. Mavic / E. Gouveia-Vermelho / J. Cohen-Oliveri

Famille, entreprise ou invités d'un mariage

Léonie raconte un mariage après avoir rencontré les invités, avoir recueilli les anecdotes, laissé traîner ses oreilles. Elle relate par le menu une journée organisée par une entreprise, elle met en forme les souvenirs recueillis auprès d'un grand-père ou d'une grand-mère, faisant oeuvre de mémoire pour un public qui ne dépassera pas les limites de la famille. Quoique : qui peut préjuger de l'usage que les chercheurs feront plus tard de tels écrits ? Ils seront peut-être, pour leur part, de précieux témoignages de coutumes devenues désuètes ou de tranches de vie éloignées.