Avec Harold López-Nussa, la nouvelle vague cubaine déferle sur le festival Jazz à Ramatuelle

Voyage à La Havane lors de la soirée inaugurale de Jazz à Ramatuelle. Le jeune pianiste cubain Harold López-Nussa a enthousiasmé le public varois.

Lors de la soirée inaugurale, Harold López-Nussa et son trio ont enflammé le public de Jazz à Ramatuelle (août 2019)
Lors de la soirée inaugurale, Harold López-Nussa et son trio ont enflammé le public de Jazz à Ramatuelle (août 2019) (Sylvie Pascarel)

Il est l'une des figures de proue de la génération des trentenaires du jazz cubain. Dans la lignée des Valdés père et fils (Bebo et Chucho) et dans les pas de son aîné Roberto Fonseca, Harold López-Nussa perpétue la grande histoire du piano cubain. Né en 1983 à La Havane où il vit toujours en partie, l'artiste porte en lui cette passion et ces rythmes qui ont fait du jazz afro-cubain un genre à part entière.

Dans l'amphithéâtre construit au cœur des pinèdes au milieu des années 80, les notes fusent telles un feu d'artifice. Cette vivacité et cette virtuosité qui lui ont valu de nombreuses récompenses dont le premier prix du Montreux Jazz Festival en 2005, ce sont les marques de fabrique d'Harold López-Nussa. Une modernité qui a séduit le public - composé de passionnés mais aussi de néophytes - de Jazz à Ramatuelle.

Depuis plus de 30 ans, le festival qui a vu le jour en 1985, la même année que l'autre temps fort estival de Ramatuelle consacré à la variété et au théâtre, rassemble de plus en plus d'aficionados. Sa force ? L'éclectisme de sa programmation et le dévouement de ses organisateurs qui en ont fait un moment à part dans le calendrier des festivals de l'été. 

Jazz à Ramatuelle, jusqu'au 20 août 2019 au Théâtre de Verdure à La Rocade, 83350 Ramatuelle. 40 euros par soirée, 25 euros pour les 12-18 ans.