Coronavirus : après la rave, le cauchemar

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Coronavirus : après la rave, le cauchemar
Article rédigé par
A. Bard, G. Marque, M. Le Rue - France 3
France Télévisions

Une rave party a eu lieu le week-end dernier à Arcachon et une autre est en cours dans la Nièvre depuis samedi 11 juillet. Leur point commun : des milliers de personnes qui font la fête sans autorisation et sans grand respect des consignes sanitaires.

Lundi 13 juillet, cela fait 48 heures qu’une rave party non autorisée a débuté dans le sud de la Nièvre. Devant les enceintes, les corps se touchent et les visages se frôlent sans aucune précaution. Pour beaucoup, l’envie de liberté a pris le dessus sur la peur du Covid-19. L’épidémie semble loin voire inoffensive. “On y pense pas en fait. On est tellement bien, on a tellement attendu ça que ça nous passe au-dessus de la tête”, explique une fêtarde.

“J’en porte tout le temps au travail”

Je ne porte pas le masque, j’en porte tout le temps au travail. Ça enlèverait le côté festif, je trouve”, détaille une jeune femme. Non autorisé, ce rassemblement est à haut risque, d’autant que les participants viennent de toute la France. Mais pour la préfète de la Nièvre, évacuer de force serait risqué, alors il a été décidé de mettre des masques à la disposition des fêtards.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Electro

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.