Cet article date de plus de quatre ans.

"C’est le pire moment de ma vie" : la compagne d'Avicii répond aux messages de haine après la mort du DJ

Elle raconte que "beaucoup de vautours sont sortis de l'ombre", l'accusant "d'exposer Tim pour la célébrité et l'argent".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le DJ suédois Avicii pose à Paris, le 10 septembre 2013. (MAXPPP)

Le DJ suédois Tim Bergling, alias Avicii, est mort à l'âge de 28 ans vendredi 20 avril. Quelques jours plus tard, la mannequin d'origine tchèque Tereza Kacerova avait annoncé qu'elle était alors en couple avec lui. Depuis cette publication, elle dit avoir reçu de nombreux messages "de haine". Samedi 12 mai, elle a publié un long message sur Instagram, comme l'a repéré le Parisien.

Here is the first part again EDITED OK - I TOOK OUT THE BAD WORDS. If you still decide to take it down again, Instagram, PLEASE - it would be GREAT if you could tell me what other parts of me defending myself against the people that left thousands of evil comments that you DIDN’T TAKE DOWN violates the terms on here. The way you arbitrarily choose what will and won’t get to be seen by the world is wrong. You’re sending a message to haters that they can anonymously terrorize and there will be no backlash. I’m disappointed.

Une publication partagée par Tereza Kačerová (@terezakacerova) le

"Récemment, une personne qui m'était très proche est morte", commence-t-elle. Elle raconte ensuite que "beaucoup de vautours sont sortis de l'ombre", l'accusant "d'exposer Tim pour la célébrité et l'argent". "Laissez-moi vous dire que l'intimité que sa famille a demandée concernait les détails de sa mort", se défend-t-elle. "Si j'avais voulu me faire de l'argent, j'aurais vendu mon témoignage et mes photos", continue-t-elle. Tereza Kacerova décrit ensuite la période difficile qu'elle a dû traverser, après la mort de son compagnon. "C'est le pire moment de ma vie."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Musique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.