Pionnière de la mode dans les années 60, la maison Sonia Rykiel est liquidée faute de repreneurs

Le tribunal de commerce de Paris a décidé de liquider la maison de couture, en difficultés financières depuis plusieurs années. Retour sur l'histoire de cette entreprise incontournable. 

Des vetêments créés par Sonia Rykiel en 2010. 
Des vetêments créés par Sonia Rykiel en 2010.  (FRED DUFOUR / AFP)

C'est une maison qui a plus de 50 ans. Le tribunal de commerce de Paris a prononcé la liquidation judiciaire de l'entreprise Sonia Rykiel jeudi 25 juillet faute de repreneurs. "Cela implique le licenciement des 131 salariés", a assuré l'avocat des représentants des salariés, Thomas Hollande. La maison de couture était placé en redressement judiciaire après des difficultés financières depuis la mort de la créatrice en 2016. La société a connu une perte nette de 30 millions d'euros l'an dernier. Plusieurs repreneurs s'étaient déclarés avant de jetter l'éponge. 

La reine du tricot

Pendant plus de 40 ans, la maison Sonia Rykiel a été une affaire familiale dirigée par sa fondatrice : Sonia Rykiel. Surnommée par les Américains "la reine du tricot", la rousse aux cheveux gaufrés a trouvé sa patte avec ses pulls moulants, ses rayures, ses couleurs et le noir dans ses créations sans ourlet. "Je fais du court, je fais du long, je crois que ça n'a aucune importance, je crois que c'est surtout un état d'esprit, une envie", racontait-elle à l'époque. "N'importe quelle femme peut avoir envie d'être sage, ou de ne pas l'être. Tout est permis, tout est facile maintenant".  

Très vite, Audrey Hepburn ou Françoise Hardy s'affichent en Rykiel dans les magazines. La maison est lancée avec l'ouverture d'une boutique à Saint-Germain-des-Prés en mai 1968. L'époque est à la liberté et Sonia Rykiel est dans le ton.

Jamais, il ne m'est arrivé de dire à une femme, à ma fille ou à mes sœurs : 'ce n'est pas possible tu ne peux pas mettre ça'. Je leur laisse une liberté totale, je veux que ce soit la femme elle-même qui décide de son imageSonia Rykiel

En 1977, la couturière lance une ligne pour le très populaire catalogue des 3 Suisses. Une initiative rare à cette époque quand on est une maison de renom. La créatrice ose tout, avec instinct. 

Une affaire florissante

La maison faisait travailler plus de 400 salariés au début des années 2000. Elle en compte aujourd'hui 130. Son chiffre d'affaires est passé de 110 millions d'euros à l'époque à 35 millions aujourd'hui. Déjà en 2009, Sonia Rykiel sentait un danger. "On est obligé de faire terriblement attention parce qu'autour de nous il y a des groupes énormes". Sonia Rykiel a voulu rester indépendante, "parce qu'on fait ce qu'on veut. Si quelqu'un vous achète, il va vous dire 'faites ça'. Moi je n'ai pas envie". 

En 2012 la créatrice est malade, sa fille Nathalie a pris progressivement le relais dans la maison. Elle finit par céder la marque à une famille hongkongaise. Les actionnaires vont injecter 200 millions d'euros mais rien n'y fait. Sonia n'est plus là, sa fantaisie non plus et les clientes ne suivent plus.