Le photographe de mode allemand Peter Lindbergh est mort à 74 ans

Il avait notamment photographié Catherine Deneuve, Naomi Campbell ou encore Linda Evangelista. 

Peter Lindbergh signe son livre \"A Different Vision On Fashion Photography\" à Los Angeles, en 2016.
Peter Lindbergh signe son livre "A Different Vision On Fashion Photography" à Los Angeles, en 2016. (FRAZER HARRISON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Le photographe de mode allemand Peter Lindbergh est mort à 74 ans, a fait savoir sa famille, mercredi 4 septembre. De son vrai nom Peter Brodbeck, il était l'un des photographes les plus influents de ces dernières années. Il avait notamment travaillé pour les magazines Vogue, Vanity Fair, Elle et Marie-Claire, pour lesquels il a photographié de nombreuses personnalités comme Catherine Deneuve, Naomi Campbell, Cindy Crawford ou encore Linda Evangelista. 

"Considéré comme un pionnier dans son art, il a su redéfinir la photographie de mode contemporaine et ses standards de beauté en sublimant les femmes de tout âge", souligne le communiqué, sans donner plus de précisions sur le lieu ou les circonstances de son décès.

Exposition Peter Lindbergh à Munich en 2017
Exposition Peter Lindbergh à Munich en 2017 (FELIX H?RHAGER / DPA)

De la Ruhr à Paris

Né en 1944 à Leszno (à l'époque Lissa) en Pologne, Peter Lindbergh grandit à Duisbourg, dans la Ruhr, une région qui a marqué son travail. Il fait ses études à l'Académie des arts de Berlin dans les années 1960. "Je préférais m’inspirer de Van Gogh, mon idole, plutôt que de peindre les portraits et les paysages imposés par l'école d’art", raconte-t-il sur ces années. Il part ensuite pendant un an à Arles, sur les traces du peintre néerlandais.

Il poursuit ses études à l'école d'art de Krefeld où il s'intéresse à l'art conceptuel. Lindbergh s'installe ensuite à Düsseldorf en 1971 et devient l'assistant du photographe Hans Lux. Il rejoint le magazine Stern, un des plus grands hebdomadaires allemands, aux côtés de grands photographes comme Helmut Newton et Guy Bourdin avant de s'installer à Paris en 1978. 

Des sujets sans fards

Il marque l'histoire de la photographie de mode en s'affranchissant des règles de l'époque : ses sujets sont souvent peu maquillés, avec des coiffures simples. "Ce doit être la responsabilité des photographes de libérer les femmes, puis finalement tout le monde, de la terreur de la jeunesse et de la perfection", raconte le photographe sur son site, exaspéré par les diktats de la mode.

En 1988, il lance la carrière d'une nouvelle génération de top models en les photographiant habillées de chemises blanches sur une plage de Malibu, aux Etats-Unis. Le photographe rassemble sur un même cliché les encore peu connues Linda Evangelista, Naomi Campbell, Cindy Crawford, Christy Turlington et Tatjana Patitz sur la couverture du magazine Vogue en 1990, aujourd'hui légendaire. Peter Lindbergh privilégiait le noir et blanc pour "laisser place à l'image brute et forte", expliquait-il au Figaro en 2011. "Mes photos sont riches en contrastes, elles reflètent mon gène mélancolique de l'expressionisme allemand."

Sur les cimaises des musées

Depuis la fin des années 1970, il collabore avec les plus grands magazines, notamment Vogue, The New Yorker, Rolling Stone, Harper's Bazaar et Vanity Fair. En 2016, il est chargé de réaliser l'édition 2017 du célèbre calendrier Pirelli pour la troisième fois après avoir travaillé pour les éditions de 1996 et de 2002. Ses photographies ont été exposées dans les plus prestigieuses galeries comme le Victoria & Albert Museum à Londres, le Centre Pompidou à Paris et le Metropolitan Museum of Art de New York.

Encore actif et présent sur les réseaux sociaux, le photographe venait de participer au numéro de Vogue UK du mois de septembre, avec la duchesse de Sussex comme rédactrice en chef. Pour l'occasion, celui qui aimait photographier les femmes sans fards, dans des mises en scènes souvent expressionnistes, avait immortalisé l'actrice Salma Hayek, la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern ou encore la jeune activiste suédoise Greta Thunberg.