Le coronavirus précipite la faillite de la chaîne de mode britannique Laura Ashley

La chaîne britannique de vêtements et articles pour la maison Laura Ashley a annoncé mardi sa faillite, précipitée par la pandémie.

La marque anglaise de vêtements et d\'accessoires pour la maison a fait faillite.
La marque anglaise de vêtements et d'accessoires pour la maison a fait faillite. (PAUL ELLIS / AFP)

La chaîne de vêtements et articles pour la maison Laura Ashley, célèbre pour ses imprimés floraux, a échoué à trouver les fonds nécessaires à sa survie en raison de l'épidémie de coronavirus. 2 700 emplois sont menacés.

Le Covid-19 en cause

L'enseigne Laura Ashley, qui compte 150 magasins au Royaume-Uni, explique dans un communiqué que le Covid-19 a précipité son dépôt de bilan et indique n'avoir pas d'autre choix que de se placer sous le régime britannique des faillites. Des administrateurs vont être nommés avec pour objectif de tenter de trouver un repreneur ou de vendre la société par morceaux.

Laura Ashley avait pourtant observé une amélioration de ses ventes depuis le début de l'année, ce qui avait été jugé encourageant par la direction. Mais le coronavirus "a eu un impact immédiat et important sur l'activité et les développements en cours montrent que cette situation va durer", selon l'enseigne.

La société était en discussion avec des investisseurs pour une injection d'argent frais mais ces négociations ne pourront pas aller à leur terme compte tenu des perspectives du groupe et de ses finances en pleine crise sanitaire.

D'autres marques pourraient couler

"Son activité de mode, autrefois la plus importante, est devenue secondaire par rapport aux produits de la maison et a été trop lente à répondre aux changements de goûts, même plus lente que Marks & Spencer", dont la branche de vêtements bat de l'aile depuis des années, souligne Neil Wilson, analyste chez Markets.com.

Selon lui, il n'est pas surprenant de voir des enseignes déjà en difficulté faire faillite compte tenu de la dégradation des conditions de marché et financières en raison de la pandémie de coronavirus. "La question est de savoir si nous verrons d'autres victimes. Il y a clairement un grand nombre de distributeurs qui peuvent couler et je doute que Laura Ashley soit le dernier à être emporté par cette crise", prévient Neil Wilson.

Laura Ashley, fondée par la designer galloise du même nom, avait connu son heure de gloire dans les années 1970 et 1980. L'enseigne a connu de nombreuses difficultés ces dernières années, entre fermetures de magasins et avertissements sur résultats, chahutée par la crise des commerces de centre-ville face à l'essor des ventes en ligne, sans parler d'une image vieillissante.