La justice européenne reconnaît l'exclusivité des semelles rouges de Louboutin

Christian Louboutin avait attaqué une société néerlandaise pour contrefaçon.

La semelle d\'un escarpin dédicacée par Christian Louboutin, le 17 octobre 2016 à Seattle (Etats-Unis).
La semelle d'un escarpin dédicacée par Christian Louboutin, le 17 octobre 2016 à Seattle (Etats-Unis). (MAT HAYWARD / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Les escarpins à semelle rouge restent l'apanage de Christian LouboutinLe chausseur français des stars peut prétendre à cette exclusivité. Dans son arrêt, mardi 12 juin, la Cour de justice de l'Union européenne a reconnu qu'"une couleur peut être déposée comme une marque".

Reconnue dans le monde entier, la "signature" Louboutin consiste à laquer le dessous de ses escarpins vertigineux avec un rouge vif bien particulier, la couleur numéro 18.1663TP du célèbre nuancier Pantone.

La marque porte sur la couleur et non sur la forme du produit

Christian Louboutin avait attaqué la société néerlandaise Van Haren pour avoir commercialisé en 2012 des chaussures avec une semelle rouge. Van Haren soutenait que la combinaison de chaussures pour femmes à talon haut et semelle rouge enregistrée par la société Louboutin était contraire à la législation européenne sur les marques. Pour les juges européens, la marque porte sur la couleur et non sur la forme du produit.

La justice néerlandaise doit encore statuer sur l'accusation de contrefaçon portée contre le chausseur Van Haren. Ces dernières années, Christian Louboutin a dû faire face à plusieurs procédures judiciaires, en France comme à l'étranger, lors de litiges avec d'autres marques ayant commercialisé des souliers à semelle écarlate.