Paris Fashion Week masculine : retour en cinq images sur les temps forts des défilés printemps-été 2023

84 maisons ont présenté, du 21 au 26 juin 2022, leur collection masculine printemps-été 2023. Cette saison, ces griffes ont, à nouveau, retrouvé les podiums parisiens, seules huit maisons ayant opté pour le format digital.

Pour prolonger le plaisir de cette semaine masculine printemps-été 2023 au cours de laquelle beaucoup de créateurs ont misé sur un avenir optimiste avec une forte envie de faire la fête, voici nos coups de cœur entre performance, décor et people. 

Certaines griffes comme Issey Miyake ont opté sur une performance dansée, d'autres, à l'instar de Dior, ont fait le choix d'un décor romantique, ou de présenter des pièces fortes comme Louis Vuitton et ses "SpeakerMan". Enfin, certaines ont aussi fait défiler des people : l'actrice Audrey Tautou chez AMI et le rappeur Joey Starr chez Marine Serre.

15
Pendant la crise sanitaire, Issey Miyake a présenté ses collections dans des vidéos ou des installations à Paris. Connue pour ses défilés spectacles, la maison est parmi les dernières à revenir au défilé physique. Le show Homme Plissé Issey Miyake Flowers and vases a été mis en scène par Rachid Ouramdane, directeur du Théâtre National de Chaillot. Il a rassemblé mannequins, performeurs et membres d'un collectif d'acrobates, la Compagnie XY. En ensembles plissés qui n'entravent pas les mouvements, les mannequins ont escaladé les murs, dansé et réalisé des acrobaties. Les couleurs sont fraîches et vitaminées : rouge, jaune, vert ou mauve qui se portent en total looks ou se combinent entre elles. Une veste légère pour une silhouette tout en rondeur s'inspire de l'image de plantes qui ondulent. Les poches de certains vêtements peuvent être retournées et attachées grâce à des boutons pression. Le design fonctionnel est inspiré par la façon dont un bourgeon s'épanouit en fleur. Le manteau se transforme : froncé autour de la taille à l'aide d'un cordon, son ourlet peut être replié pour créer une silhouette mi-longue THIERRY CHESNOT / GETTY IMAGES EUROPE
25
Chez la créatrice française Marine Serre, l'éco-responsabilité passe non seulement par le choix des matières mais aussi par celui du lieu du défilé, qu'elle a organisé dans un stade à Vanves. Des mannequins, hommes, femmes et enfants, de tous âges et morphologies, ont défilé sur les pistes de course. L'acteur et rappeur français JoeyStarr, l'ex-joueur de foot Djibril Cissé ou la fille de Madonna, Lourdes Leon en combinaison à croissants, imprimé fétiche de la marque, ont célébré les six ans de la mode "régénérée" incarnée par la griffe. Des pièces faites à partir de serviettes, des chemisiers à base de draps ou des robes conçues avec des foulards chinés : la créatrice soucieuse de l'environnement a étendu ses codes à la mode masculine. L'upcycling, qui signifie tirer par le haut en créant du neuf avec du vieux, "c'est assez rare chez l'homme", souligne-t-elle. Pourtant, le vestiaire masculin s'y "prête très bien aussi" avec des formes moins complexes qui supposent moins de gaspillage. "C'est plus facile, on peut avoir de meilleurs prix, plus accessibles pour que tout le monde puisse porter des pièces d'upcycling". Pour démocratiser l'évènement, elle a ouvert le défilé à 1 000 personnes "qui ne sont pas du milieu de la mode", en faisant appel à ses abonnés sur Instagram. "C'est important que la mode ouvre ses portes à la vie, à la rue et qu'elle soit moins élitiste", a-t-elle souligné.  JULIEN DE ROSA / AFP
35
Le show Louis Vuitton, qui s’ouvre sur un prélude cinématographique réalisé par un artiste afro-américain, cinéaste, DJ et animateur de radio Ephraim Asili, est suivi d'une double performance : une fanfare de Floride, The Marching 100, et une danse intense et joyeuse rythmée par des porteurs de drapeaux. A tel point que la bande sonore du défilé va fusionner avec les vêtements : deux mannequins "SpeakerMan" intègrent, par exemple, des haut-parleurs sans fil dans leurs sacs à dos. Les looks sont impressionnants. Le romantisme imprègne la collection avec des champs de fleurs représentés sur des vêtements au travers de peintures impressionnistes, transformées en tapisseries et estampes, tandis que des représentations de chardons apparaissent dans plusieurs tissages, imprimés et broderies. Ces motifs floraux sont des clins d'œil au décor des maisons ancestrales de Louis Vuitton (à Asnières) où les chardons apparaissent souvent en bouquets. DOMINIQUE CHARRIAU / WIREIMAGE
45
Alexandre Mattiussi fait sensation lors de ses défilés ou à Cannes avec des actrices célèbres portant ses tenues signées de sa griffe AMI. C'est Audrey Tautou qui a ouvert le défilé devant le Sacré-Cœur, les mains dans les poches, en pantalon blanc, chemisier et trench beige. Le show a été l'occasion de présenter les collections pour l'homme et pour la femme, casual chic et sexy. Le look-phare féminin est construit autour d'un short, un chemisier ouvert, une veste structurée et des cuissardes à talon présentés également par des mannequins rondes. Alexandre Mattiussi qui a grandi dans la campagne normande, et pour lequel Paris est une ville d'accueil qu'il raconte "chapitre par chapitre" dans ses défilés, revendique une mode "pragmatique" et facile à porter. Il se dit "client de sa propre histoire" et définit le vestiaire idéal par "la bonne veste, le bon manteau, une chemise, un pantalon". C'est la dernière édition du festival de Cannes qui l'a consacré il y a un mois comme LE styliste du moment après que Sophie Marceau s'est affichée en combinaison rouge sublimée d'une longue traîne et l'actrice espagnole Rossy de Palma, a porté son tailleur pantalon noir. La passion du designer pour le cinéma grâce auquel il est arrivé à la mode pour le côté "mise en scène, costume et interprétation", explique également son succès auprès des actrices.  JULIEN DE ROSA / AFP
55
En Dior, on arpente les sentiers de la Manche et on jardine : le défilé de la collection masculine, insouciante et fonctionnelle, s'est déroulé dans une mise en scène évoquant la maison d'enfance de Christian Dior à Granville. Cette maison rose, devenue musée de Christian Dior, avec son jardin surplombant l'océan, a défini la palette de la collection : le dégradé du gris du ciel changeant de la Normandie, vert eau, rose pâle. Des mannequins ont marché sur une colline fleurie reconstituée dans un bâtiment du Val-de-Grâce. Le chic aristocratique des vestes bien coupées va de pair avec la fonctionnalité : elles se portent avec des shorts et des chaussures de marche. Des costumes croisés avec des pantalons légèrement évasés sont associés à des sacs à dos et des capuches imperméables. "Le costume et les vêtements de sport - avec un penchant plus extérieur et utilitaire - apparaissent souvent ensemble dans la collection", souligne le directeur artistique des collections homme Dior Kim Jones, dans une déclaration écrite à l'AFP.  LAURENT VU/SIPA / SIPA