"Il y aura une vraie révolution dans l'univers de la mode" : les maisons de couture On Aura Tout Vu, Maurizio Galante, Franck Sorbier et Julien Fournié imaginent l'après confinement

La prochaine semaine de la haute couture présentant l'automne-hiver 2020-21, prévue du 5 au 9 juillet 2020, a été annulée en raison de la pandémie de coronavirus mais les maisons de couture se projettent déjà dans l'après-confinement. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Maurizio Galante haute couture automne-hiver 2019-20 pendant la semaine de la haute couture parisienne, le 30 juin 2019 (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Domaine d'excellence, la haute couture française est destinée à une élite fortunée, et demeure le fruit du travail des créateurs mais aussi de leurs précieux collaborateurs (brodeurs, plumassiers, plisseurs...). Si la prochaine semaine de la haute couture présentant l'automne-hiver 2020-21, prévue du 5 au 9 juillet 2020, a été annulée, les couturiers se projettent déjà dans la période de l'après-confinement. 

Elles étaient 34 maisons a présenter en janvier 2020 leur haute couture printemps-été 2020, quatre d'entre elles - On Aura Tout Vu (Livia Stoianova et Yassen Samouilov), Maurizio Galante, Franck Sorbier et Julien Fournié - ont répondu à l'interrogation "En quoi cette épidémie de Covid-19 va-t-elle influencer votre travail une fois le confinement levé ?"

Et pour ses quatre maisons, la haute couture a toujours et peut-être encore plus sa place au sein de notre société. Rencontres. 

On Aura Tout Vu : "Notre créativité n'est pas infectée par cette épidémie"

Un profond bouleversement va s’opérer dans le monde suite à cette épidémie qui a montré les multiples faiblesses d’une organisation mondiale en perte de valeurs (système bancaire, fabrication et relocalisation des productions, système de santé publique, dépendance d’approvisionnement). Nous pensons qu’une nouvelle page est en train de s’écrire en faveur de la création d’une société plus juste qui serait plus respectueuse de l’environnement et qui va, enfin, montrer l’importance des métiers d’art et du fait main, revalorisant ainsi la qualité plus que la quantité. Dans l’industrie de la mode les grands groupes vont revoir leur système de fabrication. Au sein des entreprises la permanente surenchère des bénéfices (permettant l’enrichissement des actionnaires en dépit de la qualité) va être remise en question. Notre créativité n'est pas infectée par cette épidémie. Rien ne peut arrêter l’esprit de recherche et d’innovation, certains questionnements sur notre société que la maison On Aura Tout Vu s’efforce de véhiculer depuis ses débuts. Nous allons nous concentrer davantage sur l’identité de la maison et cultiver l’aspect fou, créatif et surprenant, mêlant à la fois humour, savoir-faire et couture.

Le duo de créateurs de la maison On Aura Tout Vu, Yassen samouilov et Livia Stoianova (OLESYA OKUNEVA)

Maurizo Galante : "On a compris que la mode, comme l'art, a besoin de temps et de plaisir pour créer" 

J'ai pris plaisir à apprécier le temps comme un ingrédient fondamental de la créativité. Le travail avec mes collaborateurs via le web s'est révélé très intéressant, avec en amont un travail de synthèse qui a permis un rendu plus dynamique et efficace. Il existe une poésie dans le travail à distance, un peu comme lorsque nous envoyions des lettres dans le passé. Après cette expérience de Covid-19, je pense que nous allons retourner à seulement quatre collections de prêt-à-porter et deux présentations de haute couture chaque année. Cela va permettre de balayer toutes les collections croisières, les troisièmes lignes, les quatrièmes lignes, les cinquièmes lignes… On a compris que la mode, comme l'art, a besoin de temps et de plaisir pour créer : il y aura une vraie révolution de créativité et d'idée dans l'univers de la mode, pas un copier/coller comme ce qu'on a connu durant ces dernières années. On analysera de manière plus attentive la fabrication et la provenance des produits, il y aura une vraie recherche de produits nationaux et de qualité. La recherche de la "Bellezza" (beauté, ndlr) sera l’ingrédient fondamental pour notre nouvelle vie. 

Le couturier Maurizio Galante  (Azzurra Primavera)

Franck Sorbier : "Nous ne restons et resterons pas les bras croisés"

Cette épidémie est une agression invisible, une peste contemporaine. A ce jour, le confinement n’est pas encore levé et il n’y a aucune visibilité sur les dates de redémarrage. Pour le moment, nos voyages à l’étranger et dans l’hexagone sont suspendus mais les projets sont maintenus et reportés au printemps 2021. Cette situation nous laisse avec bon nombre d’incertitudes tant financières que créatives. Bien sûr, nous nous posons énormément de questions quant à l’après. La Fédération de la haute couture et de la mode a d’ores et déjà annulé les dates de présentations de la haute couture du mois de juillet. Isabelle et moi-même réfléchissons à un évènement culturel lié au titre de maître d’art qui m’a été décerné en 2011 par le ministère de la culture. Dans tous les cas, nous ne restons et resterons pas les bras croisés.

Le couturier Franck Sorbier (Franck Sorbier)

Julien Fournié : "C’est une occasion unique pour réfléchir à mieux définir sa personnalité"

La crise sanitaire mondiale que nous traversons, comme l’épreuve du confinement, est un accélérateur de changements. Au plan personnel, chacun est forcé de se concentrer sur l’essentiel. C’est une occasion unique pour réfléchir à mieux définir sa personnalité. En mode, cela devrait favoriser une expression à travers les vêtements que l’on porte qui sera forcément plus authentique. Plus que jamais, il s’agira d’apprendre à consommer de manière moins désordonnée : acheter plutôt des vêtements qui vous correspondent plutôt que de s’imposer de suivre de factices tendances. C’est ce que la haute couture, l’artisanat d’art et les métiers de l’intelligence de la main proclament depuis toujours. On devrait davantage les entendre.

Le couturier Julien Fournié (Delphine Royer)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.