Des créations inédites du styliste japonais Kenzo Takada vendues aux enchères en ligne

Kenzo Takada, c’est un esprit visionnaire et précurseur, un style unique et floral aux inspirations multiples, à la fois tourné vers ses racines japonaises et ouvert à l’art de vivre et au luxe à la française.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Un défilé Kenzo Takada (DR)

Le département mode et accessoires de luxe d’Artcurial organise du 3 au 12 mai une vente online dédiée à des créations originales et inédites de Kenzo Takada, présentée en parallèle de la vente du 11 mai, consacrée à la dispersion du mobilier de l’appartement du créateur de mode. Composée de 132 lots, soit 150 pièces, cette collection se compose de kimonos, manteaux, boléros, robes, jupes, pantalons, shorts, tops et chemises. 

Des pièces jamais commercialisées

Ces pièces confectionnées dans des matières soyeuses - telles que le velours, le satin, le cachemire, le jacquard ou le taffetas - n'ont jamais été commercialisées. Toutes ont été créées par Kenzo Takada entre 2005 et 2008 à l'occasion d'un nouveau projet de marque baptisée Takada. Estimées entre 30 et 600 euros, il s'agit de pièces uniques, présentant aussi bien des modèles aboutis que des prototypes inachevés, parfois accompagnés de leur croquis. Des ensembles complets sont proposés à la vente. Artcurial les a recréés, à partir des lookbooks réalisés par Kenzo lui-même. 

"Les créations de Kenzo Takada ont toujours été le fruit d’un subtil métissage entre l’Orient et l’Occident mais également entre la modernité et le traditionalisme. Un style reconnaissable au premier coup d’oeil : des imprimés colorés, fleuris et des coupes kimonos qui valent au créateur une renom­mée internationale. Nous sommes très honorés de pouvoir présenter à la vente des pièces exclusives qui n’ont encore jamais été dévoilées au public" a expliqué Clara Vivien, spécialiste mode chez Artcurial.

Takada automne-hiver 2007-08 : manteau en satin duchesse figurant un motif floral sur fond rouge, écharpe coordonnée. Estimation pour la vente Artcurial: 300 - 500 € (Takada)

Redécouvrir son processus créatif

Cette vente comporte des pièces d’automne-hiver - avec plus d’une dizaine de kimonos, près d’une quinzaine de manteaux, dix-sept vestes, six trenchs ou encore une dizaine de boléros - mais également pour le printemps-été avec plus d’une quarantaine de robes et près d’une vingtaine de tops. Une vingtaine d’ensembles complets sont aussi disponibles à la vente.

Takada automne-hiver 2007-08 : manteau du soir en taffetas de soie changeant orange et rouge, ceinture. Estimation pour la vente Artcuiral : 300/500 € (Takada)

Parmi eux, le look en lainage baptisé Super 100 gris de la collection automne-hiver 2007-08 qui comprend une veste à noeuds, un bustier, une jupe et un chemisier en soie ivoire. Cet ensemble est estimé 180 - 280 euros. Issu de la même collection, un manteau en satin duchesse figurant un motif floral sur fond rouge avec une écharpe coordonnée est proposé entre 300 et 500 euros, ainsi qu'un ensemble en soie brodée ivoire composé d’une veste, d’un bustier, d’une jupe, d’une sur-jupe et d’une bourse estimé 600-800 euros.

Pour la période estivale, plusieurs robes sont proposées : robe en organza brodée à pois estimée 80 - 120 euros, ou encore une robe en soie à motif floral dans les tons jaunes, estimée également 80 - 120 euros. A noter également cinq lots comportant des patrons version papier pour des pièces masculines estimés entre 60 et 200 euros.

Takada automne-hiver 2007-08 : boléro Opéra en jacquard caviar. Estimation pour la vente Artcurial: 150 - 250 € (DR)

Il bouscule les codes du luxe parisien dès les années 70, marquant l’histoire de la mode

L’histoire de Kenzo Takada, c’est celle du premier créateur japonais qui réussit à s’imposer dans l’univers de la mode parisienne. Né en 1939 à Himeji au Japon, Kenzo s’intéresse très tôt à la mode. S’opposant au choix de ses parents de poursuivre des études littéraires, il s’inscrit au Tokyo’s Bunka Fashion College, école de mode réputée où il sera l’un des premiers étudiants masculins à être admis au sein de la filière mode et textile. En 1965, il quitte son pays pour poursuivre son rêve dans la capitale mondiale de la mode : Paris. "Chaque mur, chaque coin de ciel et chaque passant de la ville m’inspire pour imaginer mes collections", disait Kenzo Takada à propos de Paris. Il s’y était installé pour apprendre des plus grands, avec l’idée de rentrer ensuite au Japon. Amoureux de la ville lumière, avec le sentiment d’être chez lui et l’envie d’y "créer quelque chose", il y restera plus de 50 ans.

En 1970, il organise son premier défilé et ouvre sa première boutique nommée Jungle Jap. Durant sa première année d’activité, il présente non pas deux mais quatre collections en un an. Il est également l’un des premiers à inventer le concept de prêt-à-porter. 

Le styliste Kenzo Takada  (DR)

En 1993, la marque Kenzo est rachetée par le groupe LVMH, quelques années avant son départ en 1999. En 2015, Kenzo Takada est fait Chevalier de la Légion d’honneur, cinq ans avant sa disparition, le 4 octobre 2020, à Paris.

Exposition publique du 3 au 10 mai 2021. 7, Rond-Point des Champs-Elysées. 75008 Paris. Vente aux enchères du 3 au 12 mai, online.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.