Goncourt 2021 : les romans d'Angot, Chalandon et Diop parmi les 16 titres de la première sélection

L'Académie Goncourt a publié mardi sa première sélection pour le prix Goncourt 2021, une liste de 16 romans.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
La romancière Christine Angot en mai 2017 au 70e Festival de Cannes pour le film "Un beau soleil intérieur" de Claire Denis, dont elle a écrit les dialogues  (PHILIPPE DE POULPIQUET / MAXPPP)

Les romans de Christine Angot, Sorj Chalandon et David Diop sont dans la première sélection du prix Goncourt dévoilée mardi, une liste qui compte 16 titres de la rentrée littéraire.

L'une des surprises de cette liste est l'absence du 30e roman d'Amélie Nothomb, Premier sang (éditions Albin Michel),  pourtant considéré comme l'un de ses plus aboutis.

Hors fiction

Cette première sélection du Goncourt est éclectique, mais elle ravira ceux qui trouvent surannée le principe de primer uniquement des fictions. Le testament d'Edmond de Goncourt crée en effet "un prix annuel destiné à rémunérer une oeuvre d'imagination", formule qui peut s'interpréter de manière plus ou moins stricte.

Le Voyage dans l'Est (Flammarion) de Christine Angot ne contient pas d'imagination: il revient avec précision sur les relations de la romancière avec son père incestueux.

Même chose pour l'enquête de Philippe Jaenada sur l'affaire Lucien Léger, condamné pour le meurtre d'un enfant en 1964. Au printemps des monstres (Mialet-Barrault) revisite de fond en comble ce dossier mal ficelé. Autre romancier confirmé, Sorj Chalandon évoque les années sombres de son père sous l'Occupation dans Enfant de salaud (Grasset).

Mémoire

Un seul premier roman dans la liste : celui de François Noudelmann, un spécialiste de Jean-Paul Sartre, intitulé Les Enfants de Cadillac (Gallimard). Il retrace l'itinéraire hors du commun de ses père et grand-père juifs. Anne Berest doit aussi fouiller l'histoire de sa famille juive après avoir reçu La Carte postale (Grasset).

David Diop, auteur français d'origine sénégalaise auréolé en juin d'une des plus grandes récompenses étrangères, le Booker Prize International pour Frère d'âme, continue sur sa lancée avec La Porte du voyage sans retour (Seuil).

Autre récit ambitieux qui évoque le Sénégal, La Plus Secrète Mémoire des hommes (Philippe Rey) de Mohamed Mbougar Sarr est également en lice pour d'autres prix littéraires.

Elsa Fottorino, dans Parle tout bas (Mercure de France), roman d'inspiration autobiographique sur les suites d'un viol, et Agnès Desarthe, dans L'Éternel Fiancé (L'Olivier), parlent des failles de la mémoire.

Les problèmes de notre époque

L'arrivée d'un enfant handicapé dans une fratrie est le thème de Clara Dupont-Monod dans S'adapter (Stock), et la pauvreté des familles immigrées celui de Lilia Hassaine dans Soleil amer (Gallimard).

Avec l'adultère dépeint par Maria Pourchet dans Feu (Fayard), la dérive d'un intellectuel déchu dans Le Voyant d'Étampes (L'Observatoire) d'Abel Quentin et les accusations d'exploitation sexuelle dans La Fille qu'on appelle (Minuit) de Tanguy Viel, on scrute les problèmes de notre époque.

L'histoire

Enfin, Patrice Franceschi, avec S'il n'en reste qu'une (Grasset), s'intéresse aux combattantes kurdes contre l'organisation État islamique, et le Haïtien Louis-Philippe Dalembert au racisme aux États-Unis, dans Milwaukee Blues (Sabine Wespieser), inspiré de l'affaire George Floyd.

Les éditions Grasset placent trois titres dans cette sélection, Gallimard deux, et d'autres éditeurs un seul. Le seul premier roman de la liste est celui de François Noudelmann, mais ce dernier a derrière lui une longue oeuvre d'essayiste.

La liste, sans les romans de Sorj Chalandon et David Diop, des auteurs primés respectivement en 2013 et 2018, sert aussi aux délibérations du prix Goncourt des lycéens, décerné le 25 novembre.

L'académie Goncourt décernera son prix le 3 novembre, après avoir resserré sa sélection à deux reprises, les 5 et 26 octobre.

La première sélection du prix Goncourt :

- Christine Angot, Le Voyage dans l'Est (Flammarion)

- Anne Berest, La Carte postale (Grasset)

- Sorj Chalandon, Enfant de salaud (Grasset)

- Louis-Philippe Dalembert, Milwaukee Blues (Sabine Wespieser)

- Agnès Desarthe, L'Éternel Fiancé (L'Olivier)

- David Diop, La Porte du voyage sans retour (Seuil)

- Clara Dupont-Monod, S'adapter (Stock)

- Elsa Fottorino, Parle tout bas (Mercure de France)

- Patrice Franceschi, S'il n'en reste qu'une (Grasset)

- Lilia Hassaine, Soleil amer (Gallimard)

- Philippe Jaenada, Au printemps des monstres (Mialet-Barrault)

- François Noudelmann, Les Enfants de Cadillac (Gallimard)

- Maria Pourchet, Feu (Fayard)

- Abel Quentin, Le Voyant d'Étampes (L'Observatoire)

- Mohamed Mbougar Sarr, La Plus Secrète Mémoire des hommes (Philippe Rey)

- Tanguy Viel, La Fille qu'on appelle (Minuit)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Romans

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.