Prix Goncourt attribué à "L'Anomalie" : "Dès le mois de juillet, ce livre nous avait tous emballés", indique l'un des jurés Pierre Assouline

Pierre Assouline revient lundi sur franceinfo sur la remise du Prix Goncourt à Hervé Le Tellier pour "L'Anomalie", paru chez Gallimard.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Pierre Assouline, le 28 juin 2017, à Madrid.  (GERARD JULIEN / AFP)

"Dès le mois de juillet - bien avant qu'il y ait des articles et même des rumeurs - ce livre nous avait tous emballés", a déclaré lundi 30 novembre sur franceinfo Pierre Assouline, un des jurés du Prix Goncourt après la remise du prix littéraire à Hervé Le Tellier pour L'Anomalie (Gallimard). Pour Pierre Assouline, il y a un réel "engouement des lecteurs pour ce livre" qui l'a très souvent "fait rire" et qu'il offrirait à "tout son entourage, sans complexe et sans crainte."

franceinfo : Huit voix contre deux cette année pour le Prix Goncourt, le Prix n'a donc pas été difficile à attribué cette année ?

Pierre Assouline : Non et pourtant nous avions des finalistes de qualité, chacun avec des singularités qui faisaient qu'ils avaient déjà été distingués puisqu'arriver en finale ce n'est déjà pas évident vu le nombre de romans. Malgré tout, notre choix s'est porté assez vite vers "L'Anomalie" parce que dès le mois de juillet - bien avant qu'il y ait des articles et même des rumeurs - ce livre nous avait tous emballés. Pendant l'été on s'écrit et on se téléphone et c'est le livre sur lequel il y a eu - je ne dirais pas l'unanimité - mais vers lequel on s'est penché rapidement.

Y a-t-il quelque chose de l'ordre du plaisir pur de lecture avec ce livre ?

Ce qui est fantastique avec Le Tellier c'est que d'une part c'est une histoire, il raconte une histoire, et dès les premières pages elle est complètement déjantée. Dès les premières pages, vous vous dîtes que vous êtes dans l'absurde et qu'il ne va pas tenir 350 pages comme ça. Eh bien, non seulement il les tient, mais en plus il y a du suspens, on ne lâche pas le livre et il y aussi deux grandes qualités pour un livre de ce type : un vrai amour de la langue et de l'écriture - il ne faut pas oublier qu'il est président de l'OuLiPo [L'Ouvroir de littérature potentielle, généralement désigné par son acronyme OuLiPo, est un groupe de littérature inventive et innovante qui naît au XXᵉ siècle] et lui il joue vraiment avec. Et l'autre grande qualité - à part l'écriture - c'est l'humour. C'est un livre qui m'a très souvent fait rire. Et en lisant des romans aujourd'hui, ça n'arrive pas souvent. Et puis enfin, ce livre qui est sorti fin août, a tout de suite été porté par le bouche à oreille des lecteurs et des libraires. Il n'a ensuite jamais quitté la liste des best-sellers. Il y a un vrai engouement des lecteurs pour ce livre.

Vous le recommanderiez ?

C'est vraiment le livre que l'on peut offrir à tout son entourage en se disant qu'on ne risque pas de prendre une gifle en retour. Moi je l'offrirai - et je ne suis pas le seul - sans complexe et sans crainte parce que Hervé Le Tellier s'est vraiment amusé en écrivant ce livre. Il y a des mises en abyme, des pièges, des pirouettes, il vous emmène là où il veut, il a plus d'un tour dans son sac et jusqu'à la fin je me disais 'Comment est-ce qu'on peut finir un roman pareil ?'. En tant que romancier moi-même, ce qui m'intéresse aussi dans un livre c'est de savoir comment c'est fait, parfois ce n'est pas très mystérieux et d'autres fois on se dit qu'il y a une technique et là je me suis dis : 'S'il retombe sur ses pieds à la fin, chapeau'.

Source : invité 12/14 franceinfo Heure : 12h40 Validation : JP

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.