L'autrice de "Harry Potter", J. K. Rowling, suscite l'indignation après des tweets transphobes

L'autrice a déjà été critiquée pour ses opinions sur la communauté LGBT+ dans le passé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
J.K. Rowling aux RFK Ripple of Hope Awards à New York (Etats-Unis), le 12 décembre 2019. (DIA DIPASUPIL / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Les tweets de J. K. Rowling, suivie par 14,5 millions d’abonnés, ne sont pas passés inaperçus. L'autrice de la saga Harry Potter a de nouveau suscité l'indignation des fans et des membres de la communauté LGBT+, dimanche 7 juin, après une série de messages excluant les personnes trans, postés sur le réseau social. J. K. Rowling a raillé le titre d'un article d'opinion publié sur le site Devex et intitulé : "Créer un monde post-COVID-19 plus égalitaire pour les personnes qui ont leurs règles". "'Les personnes qui ont leurs règles'. Je suis sûre qu'il y avait un mot pour ces gens. Que quelqu'un m'aide. Wumben ? Wimpund ? Woomud ?", a tweeté l'écrivaine en référence au mot "femmes", "women" en anglais.

Des internautes ont aussitôt souligné que J. K. Rowling assimilait ainsi la féminité à la menstruation, alors que des hommes transgenres peuvent avoir leurs règles, tandis que des femmes, trans ou non, ne les ont pas. "Vous pouvez inventer tout un monde magique, mais vous ne pouvez pas comprendre que les hommes trans existent ? Je n'ai pas eu de règles depuis 2017 – ma féminité a-t-elle été mise en pause jusqu'à ce que je puisse en invoquer une ?", a réagi l'autrice britannique Beth McColl.

"Les femmes transgenres sont des femmes"

"Voici un cliché de ma mère et moi", lui a répondu Ruairi, jeune homme trans, sur Twitter. "J'ai mes règles, elle non. Toutes les personnes réglées ne sont pas des femmes, et toutes les femmes n'ont pas leurs règles."

L'acteur qui incarne Harry Potter à l'écran, Daniel Radcliffe, a commenté ces propos sur le site du Trevor Project, une organisation américaine sur la prévention du suicide dans la communauté LGBT+ : "Les femmes transgenres sont des femmes. (...) Toute déclaration contraire va à l'encontre de leur identité et leur dignité et à l'encontre de tous les conseils donnés par des associations professionnelles de soins de santé qui ont beaucoup plus d'expertise sur ce sujet que Jo [J.K. Rowling] ou moi", a-t-il estimé. 

L'autrice britannique a posté une autre série de messages sur Twitter pour se défendre, assurant que son commentaire n'avait pas pour but d'offenser la communauté trans et visait seulement à souligner que "le sexe est réel et a des conséquences vécues"

Déjà critiquée dans le passé pour ses opinions

"Je respecte le droit de chaque personne trans à vivre de la manière qui lui semble authentique et confortable. Je marcherais avec vous si vous étiez victime de discrimination parce que vous êtes trans", a-t-elle écrit sur le réseau social. Ce "si vous étiez victime de discrimination" a contribué à jeter de l'huile sur le feu, alors que les discriminations et violences envers les personnes trans sont connues et documentées.

J. K. Rowling a déjà été critiquée pour ses opinions sur la communauté LGBT+ dans le passé. En décembre dernier, elle avait soutenu une femme licenciée pour avoir tweeté que les gens ne peuvent pas modifier leur sexe biologique. Elle a également fait polémique pour avoir ajouté une relation homosexuelle à sa série Harry Potter après la publication des livres, plutôt que d'avoir abordé ce sujet directement dans la série.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.