Quand Gabriel Matzneff recevait l'insigne d'officier des Arts et des Lettres des mains de Jacques Toubon

L'écrivain a été décoré en 1995 de l'insigne d'officier des Arts et des Lettres, à l'occasion du Salon du livre.

L\'écrivain Gabriel Matzneff, en janvier 2009 à Paris.
L'écrivain Gabriel Matzneff, en janvier 2009 à Paris. (MARC CHARUEL / AFP)

Il est au cœur d'une affaire qui interroge la notion de consentement sexuel. L'écrivain Gabriel Matzneff, qui n'a jamais caché avoir eu des relations avec de jeunes enfants, est le personnage central du livre Le Consentement, dans lequel Vanessa Springora raconte l'emprise qu'il a exercée sur elle quand elle avait 14 ans. Longtemps considéré comme une figure prisée du milieu littéraire, lauréat du prix Renaudot de l'essai en 2013 et édité par Gallimard, Gabriel Matzneff a d'ailleurs été décoré par la République, comme le rapporte L'Express.

C'est à l'occasion du Salon du livre, le 21 mars 1995, que Jacques Toubon, alors ministre de la Culture sous le gouvernement Balladur, remet à Gabriel Matzneff l'insigne d'officier des Arts et des Lettres. Cette décoration récompense "les personnes qui se sont distinguées par leur création dans le domaine artistique ou littéraire ou par la contribution qu'elles ont apporté au rayonnement des arts et des lettres en France et dans le monde"

Onze personnalités décorées

Une brève du Monde en date du 24 mars 1995 indique ainsi que onze personnalités du monde des lettres et de l'édition ont été décorées au ministère à l'occasion du Salon du livre. Gabriel Matzneff en tant qu'officier des Arts et des Lettres, au même titre que les écrivains Julian Barnes, Albert Cossery et Agustín Gomez-Arcos ; l'écrivain et éditeur Yves Berger et l'ancien président du Syndicat national de l'édition Alain Grund en tant que chevaliers de la Légion d'honneur ; les écrivains Christine de Rivoyre, Valère Novarina, Theodore Zeldin en tant que commandeur des Arts et Lettres. 

Une dépêche AFP datée du 21 mars 1995 mentionne également ces décorations. Elle précise que Jacques Toubon "a rendu hommage à ces écrivains et éditeurs qui font honneur à ce qu'est la culture française, à ce que sont les valeurs de culture universelle". Sur Gabriel Matzneff, le ministre a d'ailleurs eu un mot personnel indiquant qu'il avait "une place particulière dans la République des lettres"