Après l'affaire Matzneff, le Centre national du livre révise les conditions d'attribution d'aides durables aux écrivains

Pour bénéficier d'une aide durable du Centre national du livre, un écrivain devra désormais présenter un extrait de casier judiciaire et les conditions de revenus seront plus strictes. Le versement pendant 18 ans de cette aide à Gabriel Matzneff avait choqué.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Gabriel Matzneff à une table ronde à Bordeau, le 13 décembre 2007 (TARIS PHILIPPE / PHOTOPQR / SUD-OUEST / MAXPPP)

Le Centre national du livre (CNL) a indiqué vendredi avoir fait le ménage dans ses aides durables aux auteurs à faibles revenus après l'affaire Gabriel Matzneff, le romancier visé par une enquête pour viols sur mineur de moins de 15 ans ayant bénéficié des fonds publics pendant 18 ans.

Dans son rapport d'activité annuel, l'établissement public fait le point sur ces allocations annuelles conçues pour "pallier les difficultés financières chroniques ou de moyen terme, liées au grand âge ou à la maladie, d'auteurs dont l'œuvre publiée a contribué au rayonnement de la littérature d'expression française".

La révision des critères a "fait passer le nombre de bénéficiaires de ce dispositif à caractère social de 15 personnes en 2019 à 7 en 2020", a indiqué le CNL. Le nom des auteurs bénéficiaires, présents ou passés, n'est pas public.

Un extrait de casier judiciaire désormais exigé

La procédure suppose désormais, entre autres, "d'exiger un extrait de casier judiciaire et d'évaluer la contribution du demandeur, par ses œuvres, au rayonnement de la littérature française en France et dans le monde".

Par ailleurs, la barre des revenus en dessous desquels un auteur peut prétendre à cette aide annuelle a été abaissée "à une fois et demie le Smic par personne et à trois fois le Smic par foyer fiscal", et son montant maximal est descendu à 15 000 euros, contre 24 000 auparavant.

Gabriel Matzneff, 84 ans, est visé par une enquête pour viols sur mineur de moins de quinze ans ouverte après la publication en janvier 2020 du récit de Vanessa Springora, Le Consentement. Celle-ci y racontait comment dans les années 1980 elle avait été entraînée à 14 ans dans une relation avec un écrivain qui en avait près de 50.

Les versements à Gabriel Matzneff ont cessé

Des informations de presse avaient estimé à 160 000 euros au total le montant des aides qui lui avaient été versées par le CNL depuis 2002.

En septembre, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot avait annoncé à Livres Hebdo que l'écrivain ne touchait plus cette allocation, sans préciser quand avaient cessé les versements.

Gabriel Matzneff est privé des revenus de la vente de ses livres qui étaient dans le commerce, tous ses éditeurs les ayant retirés de la vente. Il a publié en février ce qu'il affirme être son dernier ouvrage, Vanessavirus, auto-édité et uniquement disponible par souscription privée, pour un prix de 100 ou 650 euros selon l'édition.

Le CNL distribue de nombreuses autres aides aux auteurs et traducteurs, ponctuelles celles-là. Les noms de certains bénéficiaires, quasi inconnus du grand public, sont divulgués dans le rapport d'activité annuel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.