J.M.G. Le Clézio annonce qu'il lâche à son tour le Prix Renaudot

Le prix Nobel, comme Jérôme Garcin démissionnaire le 11 mars, souhaite une féminisation du jury. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Portrait de l'écrivain prix Nobel de littérature J.M. G. Le Clézio, le 30 octobre 2018 (AFP)

J.M. G. Le Clezio, a décidé comme son homologue Jérôme Garcin le 11 mars dernier, de lâcher son poste de juré du Renaudot. Il l'a annoncé dans un entretien accordé au journal Le Figaro.

Comme Jérôme Garcin, qui a exprimé lors de son départ qu'il aimerait "être remplacé par une femme", J.M. G. Le Clézio souhaitait une féminisation du Renaudot.  "Je vais le suivre. Depuis des années, je suggère que le jury soit féminisé. Mais chacune de mes listes a été retoquée", souligne l'écrivain.

L'affaire Matzneff

Ces deux démissions s'enchaînent sur fond d'affaire Matzneff, déclenchée à la sortie du livre témoignage de Vanessa Springora. L'écrivain aujourd'hui poursuivi pour ses écrits avait été récompensé par le prix Renaudot en 2013 pour Séraphin c'est la fin (La Table ronde).

Chanson bretonne, le dernier roman de J.M. G. Le Clézio a été publié le 12 mars aux éditions Gallimard. L'écrivain y fait le récit de son enfance entre la Bretagne et l'arrière-pays niçois. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.