Cet article date de plus de quatre ans.

4 Vérités - Présidentielle : "Parler social est une exigence", répète Estrosi

Publié
Durée de la vidéo : 10 min.
4 vérités
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Christian Estrosi est l'invité des 4 Vérités de France 2 ce jeudi 9 février.

Un sondage Elabe donne François Fillon 3e avec 19% des voix au 1er tour de la présidentielle derrière Marine Le Pen et Emmanuel Macron. "C'est l'état de l'opinion à un moment précis", commente simplement Christian Estrosi dans les 4 vérités ce jeudi matin. Il préfère regarder "le 2e tour, où Fillon est à 56% et Marine Le Pen à 44%".

Comme lors des régionales dans les Hauts-de-France et en Provence-Alpes-Côte d'Azur, que préside l'élu les Républicains, "nous pouvons trouver les conditions du rassemblement, parler à tout le monde".

"Je soutiens bien évidemment François Fillon, mais je répète que parler social ne doit pas être une grossièreté. C'est une exigence de parler aux classes moyennes, aux oubliés de la mondialisation. Je n'entends pas abandonner".

"Il faut un grand nettoyage"

Dans le livre d'entretiens avec le journaliste de gauche Maurice Szafran, Il faut tout changer, l'élu de droite Christian Estrosi, "fils d'immigré italien élevé dans une famille modeste" près de Nice, préconise "de changer le système de fond en comble. C'est le seul moyen de parler aux plus faibles. Il faut donner une chance face à cette élite, cet entre-soi qui essaie de faire en sorte que rien ne change".

"Je n'aurais pas accepté l'organisation du Carnaval de Nice", qui se tient du 11 au 25 février, "si l'État ne m'avait pas communiqué tout le dispositif qu'il mettait en place", affirme Christian Estrosi. "On a mis 36 portiques de sécurité. On demande aux gens de ne pas venir avec des sacs. Et on en est à 240 000 réservations, quasiment la moyenne des cinq dernières années. Donc on attire encore beaucoup de monde", se félicite-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Livres

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.