Le curé-parachutiste a réuni la somme pour commencer à restaurer son abbaye

Le père Guillaume Soury-Lavergne (Lot) avait fait un grand saut dans le vide contre une promesse de fonds de 25 000 euros. 

Le père Guillaume Soury-Lavergne pose le 12 août 2015 devant l\'abbaye de Marcilhac-sur-Célé, dans le Lot, qu\'il veut restaurer.
Le père Guillaume Soury-Lavergne pose le 12 août 2015 devant l'abbaye de Marcilhac-sur-Célé, dans le Lot, qu'il veut restaurer. (REMY GABALDA / AFP)

Pari gagné. Le curé de Marcilhac-sur-Célé (Lot) a réuni assez d'argent pour installer dans son abbaye millénaire un orgue de l'époque victorienne, première étape de la restauration qu'il veut entamer. "Au total, nous avons 80 000 euros", a déclaré vendredi 21 août le père Guillaume Soury-Lavergne. Le prêtre de 36 ans s'était fait connaître en se jetant dans le vide sur 2 500 m avant d'ouvrir un parachute à 1 500 m du sol le 17 juillet dernier.

Un saut en parachute pour réunir des fonds

Lorsqu'il avait lancé une collecte de fonds sur internet pour rénover l'abbaye, le curé avait été confronté à un défi. Le président du centre de parachutisme de Cahors (Lot) avait en effet accepté que son association contribue à la collecte, mais à une condition. "On aimerait que tu nous rejoignes dans le ciel, et je te lance un défi : venir avec nous et faire un saut", lui avait demandé Gilles Esgrime dans une vidéo postée sur Facebook.

A pression, pression et demie. L'homme d'église a promis de s'élancer dans le vide si la somme récoltée sur Credofunding atteignait 25 000 euros. "A vous de faire sauter l'abbé", avait-il dit, en ponctuant cette promesse d'un : "Je flippe comme un rat." Comme le montre le reportage de France 2, il a préféré se signer avant de passer à l'acte.

Le premier objectif, désormais atteint, était de récolter assez d'argent pour restaurer et installer dans l'abbaye bénédictine, un édifice majestueux mais à moitié en ruine, un superbe orgue de 1886, offert par une paroisse anglaise du Yorkshire.

A plus long terme, le sauvetage de l'abbaye 

A terme, le curé médiatique s'est donné pour mission le sauvetage de l'abbaye, un projet de plusieurs années avec l'aide de l'Etat et des collectivités locales. Il disposait déjà de quelque 30 000 euros avant de lancer sa campagne pour trouver 50 000 euros supplémentaires nécessaires à l'installation de l'orgue. "On voulait les 50 000 euros, on les a eus. Je suis super content", a confié le prêtre.

Avec ses bâtiments classés au titre des monuments historiques allant du IX au XVIe siècles, l'abbaye de Marcilhac-sur-Célé est située sur le chemin du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, à quelques dizaines de kilomètres de celle, plus connue, de Rocamadour.