Le fabricant de jouets Mattel sort un modèle de poupée Barbie porteuse de trisomie 21

Mattel a multiplié, ces dernières années, les ouvertures pour diversifier le profil de la célèbre poupée.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le fabriquant de jouets Mattel a lancé, le 25 avril 2023, un nouveau modèle de poupée Barbie porteuse de trisomie 21. (JASON TIDWELL / MATTEL / AFP)

Le fabricant de jouets Mattel a lancé, mardi 25 avril, un nouveau modèle de poupée Barbie porteuse de trisomie 21, avec certains des traits physiques associés à cette anomalie génétique, en partenariat avec une association américaine reconnue. "Notre but est de permettre à tous les enfants de se retrouver dans Barbie, mais aussi de les encourager à jouer avec des poupées qui ne leur ressemblent pas", a déclaré Lisa McKnight, responsable de la marque Barbie, dans un communiqué.

Conçue en collaboration avec la National Down Syndrome Society (NDSS), organisation dédiée aux personnes trisomiques, cette nouvelle déclinaison de la série Barbie est disponible en ligne et sera mise en vente en magasins cet été.

La marque revendique 175 modèles différents de Barbie

La poupée est de plus petite taille que la moyenne des Barbie, a un torse plus long par rapport au reste de son corps, des oreilles plus petites, un pont nasal plat et des yeux en amande, des caractéristiques généralement présentes chez les personnes trisomiques.

Après avoir proposé, durant des décennies et à quelques exceptions près, une Barbie blanche et blonde, Mattel a multiplié, ces dernières années, les ouvertures pour diversifier le profil de la célèbre poupée. Début 2016, l'entreprise californienne avait notamment lancé des versions "ronde", "petite" et "grande" de Barbie. Mattel revendique aujourd'hui 175 modèles différents de Barbie. Le chiffre d'affaires de la division poupées de Mattel a reculé de 9% en 2022, principalement du fait du ralentissement des ventes de Barbie et des lignes American Girl et Spirit.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.