200 joueurs, 30 millions de dollars de prix... à New York, "Fortnite" investit le temple du tennis dans une "ambiance de folie"

Depuis vendredi et jusqu'à dimanche, le célèbre jeu "Fortnite", lancé il y a deux ans, organise sa première finale de Coupe du monde dans le stade Arthur-Ashe, où se tient habituellement l'US Open de tennis.  

L\'entrée du stade Arthur Ashe à New York, le 26 juillet 2019, lors de la première journée de la phase finale de la Coupe du monde Fortnite.
L'entrée du stade Arthur Ashe à New York, le 26 juillet 2019, lors de la première journée de la phase finale de la Coupe du monde Fortnite. (SARAH STIER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Plus de 20 000 places assises, des écrans géants dans tous les coins, le stade Arthur-Ashe, à New York, a été totalement réaménagé pour la finale de la première Coupe du monde de Fortnite. Habituellement occupé par l'US Open de tennis, le court du parc de Flushing Meadows accueille 200 joueurs du célèbre jeu vidéo entre vendredi 26 et dimanche 28 juillet. Pour l’occasion, l’éditeur n’avait pas fait les choses à moitié avec 30 millions de dollars de prix à la clef pour cette première édition.

>>> "Il y a beaucoup d'appelés, mais peu d'élus" : le jeu vidéo "Fortnite" peut-il rendre votre enfant millionnaire ?

Si les organisateurs ont fait preuve d'une impressionnante débauche de moyens, il s'agit avant tout d'une passion pour les milliers de jeunes et très jeunes venus assister à cette compétition. Jay ne regrette pas les 100 dollars dépensés pour ces trois jours de compétition : "Cette ambiance, c’est de la folie parce que les gens qui sont là deviennent hystériques. Ils hurlent comme des malades. Ils aiment voir les joueurs s’énerver ou être heureux quand quelque chose se passe dans le jeu. Tout le monde adore ça, c’est pour ça qu’on est là."

Je ne comprends pas. Je ne sais pas ce qu’ils font !Liza
mère de Ryan venu assister à la compétition
à franceinfo

À 17 ans, Jay fait figure de quasi-vétéran dans l'enceinte. Ryan, t-shirt Fortnite sur les épaules, est deux fois plus jeune. Sa mère, dit-il, "a le mal des transports quand elle [le] regarde jouer". Liza confirme être complètement dépassée : "Ils me demandent de les regarder jouer, mais je ne tiens que deux minutes." Elle est pourtant venue du Texas pour la passion de ses fils, car elle "les aime" et "ferai tout pour eux".

Elliott, lui aussi, supporte son garçon qui participe à la compétition : "Beaucoup de ces enfants jouent chez eux et deviennent des amis. Ils se font des amis partout sur la planète en jouant et pour la première fois, ils se retrouvent, se rencontrent et c’est vraiment génial." Le plaisir et le jeu sont au centre des préoccupations et il n'est pas question de penser aux millions en jeu. Quoiqu’il en soit, d'ici dimanche, certains compétiteurs seront millionnaires et ils n’auront peut-être même pas 15 ans.

Reportage de Loig Loury
--'--
--'--