L'esprit de Montmartre s'expose pour la réouverture du musée Toulouse-Lautrec d'Albi

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
"Montmartre, fin de siècle", l'esprit du célèbre quartier s'expose pour la réouverture du musée Toulouse-Lautrec d'Albi
Article rédigé par
Marie Pujolas - franceinfo
France Télévisions

Replonger dans la belle époque de Montmartre, ses cabarets et sa vie artistique foisonnante. Pour sa réouverture le 19 mai, le musée Toulouse-Lautrec d'Albi présente "Montmarte, fin de siècle", une exposition à découvrir jusqu'au 5 septembre. 

Quelque 200 pièces en provenance d'une collection privée américaine forment le parcours de cette exposition Montmartre, fin de siècle, qui replonge le visiteur dans les folles années de l'un des plus célèbres quartiers de Paris, entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle. Affiches, peintures, aquarelles ou dessins sont présentés au musée Toulouse-Lautrec d'Albi du 19 mai au 5 septembre. 

L'esprit du Chat Noir

Toutes les oeuvres présentées à Albi ont été réalisées par des artistes qui ont vécu ou travaillé à Montmartre. "Le parcours est rythmé par ces lieux mythiques comme le cabaret du Chat noir, le Lapin agile et les cirques car il y avait aussi des cirques au pied de Montmartre à l'époque. Tous ces lieux ont été une source d'inspiration très forte pour les artistes de l'époque", explique Florence Saragoza, la directrice du musée. 

Tout le monde connaît l'affiche La tournée du Chat Noir, réalisée en 1896 par Théophile Alexandre Steinlen pour promouvoir le cabaret Le Chat noir. Elle est devenue l'un des symboles de Montmartre, tout comme le chat, animal fétiche du quartier. "Le chat est devenu un symbole de la vie de bohème et il est aussi associé depuis longtemps à la femme. Il a une valeur très forte et on le retrouve dans de nombreuses oeuvres", précise Florence Saragoza. 

Une exposition qui ravira sans doute les premiers visiteurs du musée dès le 19 mai, après de longs mois de fermeture.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers En régions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.