Les reprises de l'été au cinéma : 50 films à (re)voir en juillet dans les salles obscures

L'été est l'occasion de se replonger dans des classiques du cinéma en allant voir des reprises. Franceinfo Culture a recensé pour vous près de 50 classiques, inédits, curiosités à voir ou à revoir cet été dans les salles obscures.
Article rédigé par Laurence Houot
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 17 min
Sophia Loren et Marcello Mastroianni dans "Hier, aujourd'hui et demain", de Vittorio De Sica (1963) (1963 SURF FILM. TOUS DROITS RÉSERVÉS)

Luis Buñuel, Sofia Coppola, Manuel de Oliveira, Lars Von Trier, des westerns spaghettis inédits, une rétrospective italienne… Et si vous profitiez de l'été pour aller au cinéma voir des classiques ? Voici une liste de festivals, rétrospectives et films à revoir dans les salles jusqu'à début août.

"Le Samouraï", de Jean-Pierre Melville (1967 Policier, Drame, Thriller, 1h 45min)

(À partir du 28 juin)

Jeff Costello, dit le Samouraï est un tueur à gages. Alors qu'il sort du bureau où gît le cadavre de Martey, sa dernière cible, il croise la pianiste du club, Valérie. En dépit d'un bon alibi, il est suspecté du meurtre par le commissaire chargé de l'enquête. Lorsqu'elle est interrogée par celui-ci, la pianiste feint ne pas le reconnaître. Relâché, Jeff cherche à comprendre la raison pour laquelle la jeune femme a agi de la sorte.

"Astérix Et Obélix : Mission Cléopâtre", d'Alain Chabat (2002, Comédie, 1h 52min)

(À partir du 5 juillet)

Cléopâtre, la reine d’Égypte, décide, pour défier l'Empereur romain Jules César, de construire en trois mois un palais somptueux en plein désert. Si elle y parvient, celui-ci devra concéder publiquement que le peuple égyptien est le plus grand de tous les peuples. Pour ce faire, Cléopâtre fait appel à Numérobis, un architecte d'avant-garde plein d'énergie. S'il réussit, elle le couvrira d'or. S'il échoue, elle le jettera aux crocodiles. Celui-ci, conscient du défi à relever, cherche de l'aide auprès de son vieil ami Panoramix... Le film culte de Chabat en version restaurée et augmentée.

Thelma et Louise, de Ridley Scott (1991, Comédie dramatique, 2h09)

(À partir du 5 juillet)

Deux amies, Thelma et Louise, frustrées par une existence monotone l'une avec son mari, l'autre avec son petit ami, décident de s'offrir un week-end sur les routes magnifiques de l'Arkansas. Premier arrêt, premier saloon, premiers ennuis et tout bascule. Un événement tragique va changer définitivement le cours de leurs vies.

"Vie privée", de Louis Malle (1962, Drame, 1h43)

(À partir du 5 juillet)

Jill, sublime danseuse de la bourgeoisie genevoise tombe secrètement amoureuse de Fabio, le mari de sa meilleure amie, Carla. Fabio est éditeur, homme de lettres et de théâtre. Pour fuir cet amour impossible, Jill se rend à Paris où elle devient top model puis vedette de cinéma. Harcelée par les paparazzi et le public, adorée puis honnie, elle perd le contrôle de sa vie personnelle et sentimentale. Son existence devient un enfer de plus en plus étouffant.

"Trous de mémoire" de Paul Vecchiali (1985, Comédie dramatique, 1h20)

(À partir du 5 juillet)

Françoise et Paul, qui ont vécu ensemble, se retrouvent un après-midi dans un parc, à l’initiative du second, qui veut la reconquérir et lui demande de l’aider à retrouver un souvenir perdu.

"Francisca", de Manoel de Oliveira (1981, Drame, 2h 47)

(À partir du 12 juillet)
Dans les années 1850, au Portugal, l'écrivain Camilo Castelo Branco et son ami José Augusto tombent amoureux des deux sœurs Owen. José Augusto est épris de Marie, mais c'est Fanny qu'il enlève une nuit. Présenté à la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes 1981, ce film du réalisateur portugais est l'adaptation du roman Fanny Owen d'Agustina Bessa-Luís, publié en 1979.

"Little Nemo" de William Hurtz, Masami Hata, Masanori Hata (1994, Animation, Famille, Aventure, Fantastique, 1h25)

(À partir du 12 juillet)

Little Nemo, un petit garçon comme les autres. Chaque soir, il s'endort tranquillement dans son lit. Mais une nuit, le Roi Morphé, maître des rêves, a décidé de l'accueillir dans son royaume de Slumberland : le voici entraîné sur le lit magique pour une extraordinaire aventure au pays des rêves... (À partir de 6 ans)

"Memento", de Christopher Nolan (2000, Thriller, 1h 56)

(À partir du 12 juillet)

Leonard n'a qu'une idée en tête : traquer l'homme qui a violé et assassiné sa femme afin de se venger. Sa recherche du meurtrier est rendue plus difficile par le fait qu'il souffre d'une forme rare et incurable d'amnésie. Bien qu'il puisse se souvenir de détails de son passé, il est incapable de savoir ce qu'il a fait dans le quart d'heure précédent, où il se trouve, où il va et pourquoi.

"Virgin Suicide", de Sofia Coppola (1999, Drame, 1h 37)

(À partir du 12 juillet)

États-Unis, années 1970. Cecilia Lisbon, dernière-née d’une fratrie de cinq filles, vient de faire une tentative de suicide. Pour changer les idées de leur benjamine, les parents acceptent d’organiser une fête à laquelle sont conviés des garçons du quartier, depuis toujours fascinés par ces cinq sœurs à la beauté renversante. Au cours de cette soirée, Cecilia se jette par la fenêtre. Dès lors, les filles Lisbon, au nombre de quatre, vont être de plus en plus étouffées par leurs parents surprotecteurs, jusqu’à la tragédie ultime... Le premier long-métrage de Sofia Coppola.

Rétrospective Dario Argento "Les 6 visages de la peur"

(À partir du 12 juillet)

Six films emblématiques du maître du polar italien baptisé "giallo" en italien en référence à la couleur jaune des couvertures de romans policiers. Six de ses films sont proposés au public à partir du 12 juillet en version restaurée 4K.

Affiche de l'événement Rétrospective Dario Argento "Les 6 visages de la peur", juillet 2023 (LES FILMS DU CAMELIA)

L'oiseau au plumage de cristal (1970, Policier, 1h 38)
Sam Dalmas, un écrivain américain de passage à Rome, assiste à l’agression d’une jeune femme. Déclaré témoin oculaire par la police, Dalmas décide d’effectuer ses propres recherches.

Le chat à neuf queues (1971 Policier, 1h 52min)
Le reporter Carlo Giordanni et Franco Arno, un ancien journaliste devenu aveugle, enquêtent sur le meurtre d’un membre de l’institut Terzi, spécialisé dans la recherche génétique et les prédispositions chromosomiques à la violence.

Les frissons de l'angoisse "Profondo rosso" (1975, Epouvante-horreur, Thriller, 2h 08)
Pianiste de jazz américain installé à Turin, Marc Daly assiste un soir au meurtre d'Helga Ullman, une célèbre parapsychologue de passage en Italie. Il tente de lui porter secours, mais en vain. Tandis que les meurtres se multiplient. Il décide de mener l’enquête en compagnie d’une journaliste (Interdit aux moins de 12 ans).

Ténèbres (1982, Epouvante-horreur, 1h 42)
Un célèbre écrivain, Peter Neal, est invité à Rome à l'occasion de la sortie de son best-seller, "Ténèbres". C'est alors qu'une série de meurtres est commise dans l'entourage de l'écrivain...

Phenomena (1985, Epouvante-horreur, 1h 57)
Jennifer Corvino se rend en Suisse afin de poursuivre ses études au sein d’un établissement scolaire privé. Un soir, lors d’une crise de somnambulisme, la jeune fille assiste au meurtre d’une étudiante.

Opéra (1987, Epouvante-horreur, Thriller, 1h 48)
Suite à l’accident de la cantatrice principale, une jeune chanteuse lyrique, Betty, est choisie pour interpréter le rôle de Lady Macbeth dans l’opéra de Verdi, œuvre ayant la réputation de porter malheur. Commence une série de meurtres dans l’entourage de la jeune femme, poursuivie par un mystérieux fan possessif.

Intégrale Lars Von Trier

(À partir du 12 juillet)

Tous les longs métrages de Lars Von Trier en version restaurée.

Element of Crime (1984, Policier, Drame, Thriller, 1h40)
Un psychanalyste tente de faire revivre à l'inspecteur Fischer les événements qui l'ont traumatisé. Celui-ci mène une enquête sur des crimes atroces, et décide d'appliquer la théorie de son mentor : un policier doit s'identifier à l'auteur du crime s'il veut espérer l'élucider.

Epidemic (1987, Drame, Epouvante-horreur, 1h46)
Un réalisateur et son scénariste se lancent dans l'écriture d'un long métrage qui a pour thème la propagation d'une épidémie. Mais au cours de la préparation de ce film, leur fiction semble devenir une réalité...

Europa (1991, Drame, Thriller, 1h50)
Leopold Kessler, jeune Américaine d'origine allemande, part pour l'Allemagne en octobre 1945. Il veut contribuer à la reconstruction du Vieux Continent et va découvrir l'amour et ses propres contradictions dans une Allemagne déchirée et détruite.

Breaking the waves (1996,  Romance, Drame, 2h38)
La communauté d'une petite ville célèbre à contrecœur le mariage de Bess, jeune fille naïve et pieuse, et de Jan, homme d'âge mûr qui travaille sur une plate-forme pétrolière. Leur bonheur va être brisé par un accident qui va paralyser Jan.

Les Idiots (1998, 1h57)
Un groupe de jeunes gens dotés d'un appétit de vie féroce, passe son temps à traquer la bêtise. Ils explorent les valeurs cachées et les moins appréciées de l'idiotie et les confrontent à la société dans laquelle ils vivent. (Interdit aux moins de 12 ans)

Dancer in the dark  (2000, Comédie musicale, Drame, Policier, 2h19)
Selma Jezkova, émigrée tchèque et mère célibataire, travaille dans une usine de l'Amérique profonde. Elle trouve son salut dans sa passion pour les comédies musicales hollywoodiennes. Mais Selma perd la vue et son fils Gene connaîtra le même sort sauf si elle réussit à mettre assez d'argent de côté pour lui payer une opération.

Dogville (2003, Thriller, Drame, 2h57)
Dans les années 30, Grace, une belle femme raconte terrifiée à Tom, un jeune habitant de la bourgade de Dogville, qu'elle est traquée par des gangsters et que sa vie est en danger. La population locale consent à la cacher. Une décision qu'ils vont peut-être regretter. (Interdit aux moins de 12 ans).

Five obstructions (2003, Comédie dramatique, Documentaire, 1h27)
Lars von Trier défie Jørgen Leth, réalisateur de The Perfect Human (1967), film culte pour lui. Il lui demande de tourner cinq remakes de ce court-métrage, avec pour chaque projet de nouvelles contraintes qui le forcent à repenser l'histoire et les personnages de son film original. Leth devra gérer restrictions, ordres et autres interdictions...

Manderlay (2004, Drame, 2h19)
En 1933, Grace et son père ont laissé derrière eux la petite communauté de Dogville et veulent rentrer chez eux. Mais ils ne sont pas les bienvenus et cherchent un endroit pour s'établir quand ils arrivent à Manderlay, un domaine isolé dans le sud des États Unis, où l'esclavage n'a pas été aboli. Révoltée, Grace essaie avec son père et sa bande d'inverser l'ordre des choses.

Le Direktør (2007, Comédie, 1h40)
Ravn, le propriétaire d'une société informatique, décide de vendre son entreprise. Mais les potentiels acheteurs veulent négocier directement avec le président, un personnage fictif inventé de toutes pièces par le propriétaire lors de la création de l'entreprise pour assumer les décisions impopulaires. Ravn se voit alors contraint de faire appel à un acteur au chômage pour jouer ce rôle.

Antichrist (2009, Thriller, Drame, 1h47)

Un couple en deuil se retire à "Eden", un chalet isolé dans la forêt, où ils espèrent guérir leurs cœurs et sauver leur mariage. Mais la nature reprend ses droits et les choses vont de mal en pis. (Interdit aux moins de 16 ans).

Melancholia (2011, Science fiction, Drame, 2h10)

À l'occasion de leur mariage, Justine et Michael donnent une somptueuse réception dans la maison de la sœur de Justine et de son beau-frère. Pendant ce temps, la planète Melancholia se dirige vers la Terre...

Nymphomaniac (director's cut) (2013, vol. 1 : 2h27, vol. 2 : 2h58)

La folle et poétique histoire du parcours érotique d'une femme, de sa naissance jusqu'à l'âge de 50 ans, racontée par le personnage principal, Joe, qui s'est autodiagnostiquée nymphomane. (Interdit aux moins de 16 ans).

The House that Jack built (2018, Drame, Thriller, 2h35)

États-Unis, années 70. Le récit de cinq meurtres, racontés par son auteur, Jack, serial killer, qui considère chaque meurtre comme une œuvre d'art en soi. Alors que la police est à ses trousses, il décide de prendre de plus en plus de risques... (Interdit aux moins de 16 ans).

"Nazarin", de Luis Buñuel (1960, Drame, 1h35)

(À partir du 26 juillet)

Parce que sa générosité et sa charité n'ont pas de limites, le père Nazarin vit dans une misère profonde. Désavoué par l'Église pour avoir protégé une prostituée soupçonnée de meurtre, Nazarin doit fuir, condamné à une longue errance. Andara, la prostituée, et Beatriz, jeune femme délaissée par son amant, se joignent par une pitié hystérique au sort du prêtre persécuté. Nazarin poursuit son chemin de croix, mais toutes ses tentatives pour prêcher l'amour divin se retournent contre lui.

"Persépolis", de Marjane Satrapi, Vincent Paronnaud (2007, animation, biopic, 1h35)

(À partir du 26 juillet)

Adaptation de la célèbre bande dessinée, portrait de la société iranienne vue par une jeune fille et sa famille de Téhéran.

Redécouverte et raretés du cinéma italien - Rétrospective en 7 films

(À partir du 26 juillet)

Vous pourrez voir ou revoir un échantillon du cinéma italien des années 60 aux années 80.

Affiche de l'événement "Redécouverte et raretés du cinéma italien - Rétrospective en 7 films", juillet 2023 (CARLOTTA FILMS)

Hier, aujourd'hui et demain, de Vittorio De Sica (1963, Comédie, Romance, 1h58)
Trois villes, trois récits sur le couple, la sexualité et le pouvoir. À Naples, Adelina vend des cigarettes au marché noir car son mari est au chômage. Mais elle se fait arrêter par la police... À Milan, Anna, une riche femme, s'ennuie et parle de s'enfuir avec son amant, un écrivain. Jusqu'au jour où il a un accident avec la voiture de celle-ci... À Rome, Mara, une call-girl, fait tourner la tête d'un jeune séminariste...

Seule contre la mafia, de Damiano Damiani (1970, Drame, 1h50)

Sicile, années 1960. Don Antonino, parrain de la mafia locale, est sur le point d’être arrêté. Avant de se rendre, il adoube un jeune homme de vingt-deux ans à l’avenir très prometteur, Vito Iuvara. Seule condition : que celui-ci épouse une jeune fille vertueuse issue d’une famille pauvre. Vito jette son dévolu sur Francesca, âgée de quinze ans. D’abord flattée d’avoir été choisie, la jeune fiancée se sent vite piégée et refuse le mariage. Humilié par ce rejet, Vito décide de se venger...

Miracle à l'italienne, de Nino Manfredi (1971, Comédie, 2h00)

Un homme est conduit en urgence à l’hôpital après avoir chuté du haut d’une falaise. Alors qu’il se trouve entre la vie et la mort, Benedetto Parisi se rappelle les moments clés de son existence, marquée par une éducation religieuse très stricte. Considéré comme un miraculé lorsque, le jour de sa première communion, il sortit indemne d’une chute spectaculaire, Benedetto sera-t-il à nouveau épargné par Dieu ?

Portier de nuit, de Liliana Cavani (1974, Drame, 1h59)

Vienne, 1957. Max travaille comme portier de nuit dans un grand hôtel. Un jour débarque Lucia, en voyage avec son mari chef d’orchestre. Lorsque leurs regards se croisent, les souvenirs remontent immédiatement à la surface : ancien officier S.S., Max a entretenu avec Lucia une relation sadomasochiste alors qu’elle était prisonnière dans un camp de concentration. (Interdit aux moins de 16 ans)

Affreux sales et méchants, d'Ettore Scola (1976, Comédie dramatique, 1h55)

Au cœur d’un bidonville romain, Giacinto règne en tyran sur toute sa famille. Lui et sa femme, leurs dix enfants, les conjoints, les maîtresses et la grand-mère sont logés sous le même toit, dans un taudis pouilleux. Tous acceptent l’autorité et l’infamie du patriarche, car celui-ci possède un magot d’un million de lires que chacun espère lui voler. Tandis que Giacinto passe ses journées à boire en attendant la recette des larcins quotidiennement perpétrés par les siens, on prépare en cachette son assassinat…

L'affaire Mori, de Pasquale Squitieri (1977, Policier, Thriller, 1h50)

Italie, 1925. Le préfet Cesare Mori est en route vers la Sicile pour y prendre ses fonctions. Cet homme d’État réputé incorruptible vient d’être nommé par le parti fasciste au pouvoir afin de s’attaquer à la mafia et au banditisme. Dans cette île frappée par la pauvreté, les habitants sont pris en tenaille par les criminels, qui font régner la terreur, et par l’État, totalement inactif face à la situation. Le préfet Mori est déterminé à changer la donne et va ordonner une série de rafles dans les villages…

La légende du Saint Buveur, d'Ermanno Olmi (1988, Drame, 2h05)

Ancien mineur originaire de Silésie, Andreas Kartak vit désormais sous les ponts de Paris, une bouteille comme seul compagnon. Un jour, un riche inconnu lui remet une importante somme d’argent. Andreas s’engage à rembourser son bienfaiteur en rapportant l’argent à l’église Sainte-Marie des Batignolles. Désireux de tenir sa promesse, le marginal est toutefois tiraillé par la tentation de s’acheter à boire…

"Le péril jeune", de Cédric Klapisch (1995, Comédie, Drame, Romance, 1h41)

(À partir du 2 août)

Quelques jeunes hommes se retrouvent plusieurs années après avoir quitté le lycée. Ils assistent pendant son accouchement la compagne de leur meilleur ami, mort une semaine auparavant d'une overdose. C'est pour eux l'occasion de confronter leurs souvenirs.

"Le grand chemin", de Jean-Loup Hubert (1987, Drame, 1h44)

(À partir du 2 août)

Été 1959. Abandonnée par le père de ses enfants, Claire, enceinte, confie son fils aîné Louis à un couple d'amis Marcelle et Pelo. Le petit Parisien doit apprendre à se familiariser avec l'ambiance de la campagne et l'atmosphère étrange qu'il règne dans le foyer du couple qu'un lourd secret sépare depuis des années. L'arrivée du petit garçon sera pour eux un nouveau départ.

Neuf westerns spaghetti inédits

(À partir du 2 août)

Affiche du film "Bravo Django" ("Pochi dollari per Django"), de Leon Klimowsky, à voir lors de la rétrospective "Neuf westerns spaghetti inédits", à partir du 2 août 2023 au cinéma (CAMELIA FILMS)

Une longue file de croix (Una lunga fila di croci), de Sergio Garrone (1969, 1h40)

Dans le sud du Texas, deux chasseurs de primes s’allient pour mettre fin au commerce de marchands d’esclaves. L’un d’eux, Django, tombe sous le charme d’une des victimes. Par amour pour elle, il décide de la venger de ses agresseurs…

Bravo Django ("Pochi dollari per Django"), de Leon Klimowsky

Django, un ancien bandit devenu chasseur de primes, aspire à une vie paisible, loin des fusillades. Il s'installe une région isolée. Mais l'endroit vit sous la coupe d'une bande de braqueurs de banque, dirigée par le brutal Trevor Norton. Django est contraint de reprendre du service...

Trois salopards, une poignée d'or de Maurizio Lucidi (1967, 1h47)

Après avoir volé 500 000 dollars dans une banque locale, le gang Jarret se cache dans une petite ville isolée de l’Ouest, en attendant qu’un éclaireur les emmène à travers le désert jusqu’au Mexique où tout ce petit monde pourra mener la belle vie. Mais l’attente est longue et révèle peu à peu de vieux conflits entre les deux cerveaux de l’opération.

Furie au Missouri, d'Alberto Brescia (1967, 1h47)

Pendant les derniers mois de la guerre de Sécession, le frère de Josh Lee et sa compagne sont assassinés par le capitaine Clifford, jaloux de leur amour. Bien décidé à se venger du militaire qui combat pour les troupes nordistes, Josh quitte sa fiancée Christine et rejoint un groupe de rebelles sudistes. Quand Josh rentre chez lui, Christine est fiancée au capitaine Clifford...

Un dollar entre les dents, de Luigi Vanzi (1967, 1h27)

Un jeune aventurier appelé Lo Straniero aide le bandit Aguila à prendre possession d’une grande quantité d’or. Mais quand le moment est venu de partager le butin, celui-ci est raillé et battu par les hommes de la bande. Trahi et humilié, il est déterminé à se venger.

La vengeance est un plat qui se mange froid, de Pasquale Squitieri (1971, 1h37)

Jeremiah Bridger est orphelin depuis l'attaque du ranch familial par les Indiens, qui ont assassiné ses parents. Devenu adulte, il erre à travers l’Ouest, à la recherche d’Indiens à tuer pour se venger. Un jour, il rencontre des bandits qui tuent les propriétaires blancs de la région, déguisés en Indiens. Jeremiah décide alors de combattre la bande.

Un homme, un cheval, et un pistolet, de Luigi Vanzi (1968, 1h35)

Quelque part dans l’Ouest, un gang de desperados menés par un as de la gâchette prépare l’attaque d’une diligence que l'on dit faite d'or, mais ils ne sont pas seuls sur le coup...

Ringo au pistolet d'or, de Sergio Corbucci (1966, 1h27)

Un shérif emprisonne un chasseur de prime. Mais le chef d’une bande de hors-la-loi veut se venger de ce chasseur de prime. Le shérif décide alors d’affronter la bande de bandits.

Sartana dans la vallée des vautours, de Roberto Mauri (1970, 1h35)

Dès leur sortie de prison, les frères Douglas se jurent de mettre la main sur le magot dont leur dernier frère s’est emparé avant de les trahir. Pour récupérer le butin, ils s'associent à Lee Calloway, dit "Sartana", dont la tête est mise à prix. Les trois hommes vont devoir affronter de grands périls, notamment le désert, avant de retrouver l’indélicat voleur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.