"Godzilla VS Kong" : le film de destruction massive qui casse la baraque en VOD

Le blockbuster Warner réchauffe les vieilles recettes, mais façon nouvelle cuisine.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
"Godzilla VS Kong"  de Adam Wingard (2021). (WARNER BROS. FRANCE)

Les films s’accumulent tant, qu’il faut faire de la place et les sortir en VOD. Nouvelle "victime", après Justice League, Godzilla Vs. Kong, dont le scope d’origine manque cruellement au film. Bataille de titans, entre le "Roi des monstres" et la "8e merveille du monde", ils en deviennent riquiquis. Fort de 17 films à 38 ans, le réalisateur américain Adam Wingard réussit toutefois à mettre sur les rails un "train électrique" époustouflant, ludique et beau.

Une vieille histoire

Ce n’est pas la première fois que Godzilla et King Kong s’affrontent. Né en 1933 de l’imagination des réalisateurs américains Ernest B. Shoedsack et Merian C. Cooper, Kong est un mythe de la nature. Godzilla, créé par le japonais Ishiro Honda en 1954, en est un autre, mais atomique. Les deux ne pouvaient que s’affronter. Leur première rencontre date de 1963, sous la houlette du nippon, dans un des plus beaux fleurons des Kaiju Eiga, les films de grands monstres japonais.

Depuis Godzilla (2014), puis King Kong Skull Island, Rampage - Hors de contrôle et Godzilla 2, Warner/Legendary Pictures réhabilite le Kaiju (Godzilla et consorts) sous la franchise MonsterVerse. Guillermo del Toro avait amorcé le mouvement avec Pacific Rim en 2013. Carton au cinéma, la franchise ne pouvait que rassembler Kong et Godzilla en un seul film, après avoir réuni tous les monstres japonais dans Godzilla 2 – Roi des monstres. Tous descendus par la critique, cet accueil reflète le rejet, également du public, du Kaiju en France. Il a toutefois ses adeptes et a élargi son cercle, grâce aux effets spéciaux numériques remarquables des nouveaux films, à des scripts malins et à de bons acteurs.

Rénovation du genre

Adam Wingard, le réalisateur du retour de Godzilla VS Kong, a bien bûchés ses classiques. L’aventure est à 10 000%, exotique, pleine d’action et de rebondissements, avec des luttes colossales entre monstres magiques. L’intrigue revisite le mythe de la Terre creuse (Voyage au centre de la Terre), peu exploité au cinéma, en le liant habillement au Kaiju. Mais c’est dans sa mise en scène qu’Adam Wingard renoue pleinement avec la tradition, dans un travail sur les couleurs remarquables et novateur. Un point auquel le créateur du genre, Ishiro Honda, tenait particulièrement, comme directeur artistique de ses créations.

A l’origine des films pour adultes, King Kong et Godzilla, se sont rapidement adressés aux enfants. L’enfance et la science-fiction entretiennent des liens ténus au cinéma (Frankenstein, L’Invasion vient de Mars, E. T.). L’innocence rapproche l’enfant et le monstre, un thème récurrent du Kaiju, au cœur de Godzilla VS Kong. Spectaculaire dans les scènes de destruction massive qui jalonnent tout Kaiju, le film est tout public et s’avère le plus gros succès au cinéma depuis la crise du Covid. Avec 350 millions de dollars de recettes dès son lancement, le film est en tête des plateformes depuis le 31 mars dans le monde, et le 22 avril en France.

L'affiche de "Godzilla VS King Kong" de Adam Wingard (2021). (WARNER BROS. FRANCE)

La fiche

Genre : Science-fiction
Réalisateur : Adam Wingard
Acteurs : Kyle Chandler, Millie Bobby Brown, Alexander Skarsgård
Pays : Etats-Unis
Durée : 1h53
Sortie : 22 mars 2021 (seulement en streaming)
Distributeur : Warner Bros. France

Synopsis :À une époque où les monstres parcourent la Terre, et alors que l’humanité lutte pour son avenir, Godzilla et King Kong, les deux forces les plus puissantes de la nature, entrent en collision dans une bataille spectaculaire inédite. Alors que Monarch se lance dans une mission périlleuse en terrain inconnu, et qu’il découvre des indices sur les origines des Titans, un complot humain menace d’éradiquer ces créatures – qu’elles soient bonnes ou mauvaises – de la surface de la planète.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.