Reportage Grève à Hollywood : les acteurs entament un mouvement historique pour obtenir "des salaires équitables"

Les acteurs ont rejoint depuis vendredi le mouvement de grève des scénaristes à Hollywood. Ils demandent une répartition plus équitable des revenus du streaming et des garanties sur l'utilisation de l'intelligence artificielle
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Les membres du syndicat des acteurs SAG-AFTRA marchent sur un piquet de grève avec des scénaristes devant les bureaux de Netflix à New York, le 14 juillet 2023 à New York. (SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / VIA AFP)

La grève des acteurs a démarré aux États-Unis. L'ambiance est festive mais tout le monde préférerait être ailleurs qu'au pied des bureaux de Netflix, à défiler sous 30°C. Sam Morelos par exemple devait tourner la saison 2 de That '90s Show pour la plateforme. À la place, elle, et tous les acteurs d'Hollywood, font grève. "La grève, on ne veut pas la faire, explique Sam Morelos. On est obligés de la faire pour qu'on nous paie des salaires équitables."

>> Grève des acteurs à Hollywood : quels sont les films et séries menacés par le mouvement ?

Ils ont rejoint, sur les piquets de grève à l'entrée des grands studios, les scénaristes qui, eux, ont arrêté le travail depuis le 2 mai. Il s'agit d'un conflit social d'ampleur : la Sag-Aftra, le syndicat des acteurs, compte 160 000 membres. Hollywood est de fait à l'arrêt, les acteurs ne tournant plus rien et n'assurant même plus la promotion de projets déjà tournés. Selon eux, l'intransigeance des studios dans la renégociation de leur convention collective ne leur laisse pas le choix.

Des célébrités sur le piquet de grève

Une nouvelle technologie a une fois encore bouleversé l'écosystème d'Hollywood. Avec le streaming, le nombre d'épisodes d'une série a été divisé par deux. Les revenus résiduels ont chuté et les studios disent que le modèle n'a pas atteint le seuil de rentabilité. Brad Greenquist, 40 ans de métier, n'en croit pas un mot : "À chaque fois qu'une nouvelle technologie arrive, les producteurs disent 'on ne sait pas si ça va marcher, négocions un autre accord en attendant et si ça marche, vous aurez le droit à votre part'. Mais aux négociations suivantes, ils disent qu'ils ne veulent pas en rediscuter."

"Ils nous ont fait le coup avec la VHS, puis avec le DVD, puis avec le Blu-Ray et maintenant le streaming. Ça suffit ! On a cédé trop souvent."

Brad Greenquist, acteur en grève

à franceinfo

Parmi les centaines de manifestants sur le trottoir, quelques visages célèbres. Comme celui de Noah Wyle, Dr Carter dans la série Urgences. "Tout ce sur quoi reposait notre système économique a changé, explique l'acteur. Sauf nos contrats ! Les studios veulent des changements à la marge sur un paradigme totalement différent. Et tout ce qu'on dit, c'est qu'ils ne peuvent pas faire ça."

Noah Wyle a connu le succès. D'autres ont plus de mal à vivre de leur passion. En période de grève, c'est peut-être une force. "Il paraît que les studios veulent laisser traîner pour nous mettre à genoux, raconte Inessa Frantowski, humoriste. Mais moi, pour survivre dans cette industrie, j'ai toujours eu trois petits boulots en parallèle de toute façon."

La précédente grève, en 1980, avait duré trois mois. La présidente du syndicat des acteurs n'écarte pas l'idée d'un conflit deux fois plus long cette année. 

Grève des acteurs à Hollywood : reportage de Loïc Pialat

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.