Le réalisateur des "Misérables" Ladj Ly porte plainte contre "Causeur" et "Valeurs actuelles" après la publication d'articles sur son passé judiciaire

Il a porté plainte pour "diffamation" et "diffamation raciale". 

Le réalisateur Ladj Ly lors du Festival du film français à Los Angeles (Californie), le 23 septembre 2019. 
Le réalisateur Ladj Ly lors du Festival du film français à Los Angeles (Californie), le 23 septembre 2019.  (VALERIE MACON / AFP)

C'est un nouveau rebondissement dans l'affaire Ladj Ly. Le réalisateur du film Les Misérables a porté plainte en "diffamation" et "diffamation raciale" contre les magazines Causeur et Valeurs actuelles, a annoncé Le Monde jeudi 19 décembre. Les deux magazines ont affirmé, dans des articles publiés mercredi, que Ladj Ly aurait été complice de tentative de meurtre. 

Mercredi toujours, CheckNews a publié un article indiquant que le réalisateur avait bien été condamné par le tribunal de Bobigny, qu'il avait effectivement été incarcéré, mais pour "enlèvement et séquestration" et non pour "complicité de tentative de meurtre". Comme le détaille l'article, l'un des amis de Ladj Ly aurait découvert en 2009 que sa sœur entretenait une relation hors mariage. Alors qu'il veut se venger de cet homme, il entraîne avec lui le réalisateur dans une virée punitive. La victime, qui a finalement réussi à s'enfuir, est retrouvée le lendemain.

"Fausses accusations" 

Dans un communiqué publié dans la nuit de mercredi à jeudi et rapporté par Le Figaro, il est indiqué que "Ladj Ly a chargé ses avocats, maîtres Hervé Temime et Julia Minkowski, de porter plainte en diffamation et diffamation raciale contre Causeur et Valeurs Actuelles à la suite de la publication d'articles contenant de fausses accusations d'une extrême gravité à son encontre." Il est également précisé que "Ladj Ly a été condamné par la justice en 2012 et a purgé sa peine. Aucune violence ne lui était reprochée personnellement dans cette affaire, et a fortiori pas de complicité de tentative de meurtre, ni évidemment d'avoir voulu 'faire appliquer la charia'".