Le film "Grâce à Dieu" de François Ozon autorisé par la justice à sortir en salles ce mercredi

Le film, inspiré de faits réels, raconte l'histoire du père Bernard Preynat, mis en cause nommément pour des actes de pédophilie.

L\'affiche du film \"Grâce à Dieu\", de François Ozon.
L'affiche du film "Grâce à Dieu", de François Ozon. (MANDARIN PRODUCTION)

La justice autorise la sortie en salles du film Grâce à Dieu du réalisateur François Ozon, qui doit sortir en salle mercredi 20 février, a appris franceinfo. Inspiré de faits réels, il raconte l'histoire d'un prêtre mis en cause nommément pour des actes de pédophilie. Le juge des référés estime qu'il ne porte pas atteinte à la procédure judiciaire en cours.

Une autre décision est attendue mardi 19 février à 17 heures à Lyon, où le tribunal de grande instance examine le recours d'une psychologue bénévole, ancienne membre du diocèse lyonnais, qui a demandé que son nom soit retiré du film. Aujourd’hui âgée de 80 ans, Régine Maire estime que son portrait dans le film, est "une dénaturation" de sa personne. "Il me font jouer un rôle primordial que je n’ai jamais joué", assure-t-elle. Pour son avocat, elle est également présentée comme la psychologue du diocèse de Lyon, alors qu’à l’époque elle était une bénévole laïque du diocèse qui recevait des personnes en difficulté, à la demande du cardinal Barbarin. 

Le père Bernard Preynat, poursuivi pour agressions sexuelles, et dont le procès pourrait avoir lieu à la fin de l'année, avait déposé un recours en référé au tribunal administratif de Paris pour faire repousser la sortie du film, au nom de la présomption d'innocence.

La présomption d'innocence respectée

Le juge des référés rappelle que "les spectateurs sont informés, à l'issue du film [et avant le générique], du principe de la présomption d'innocence dont bénéficie, comme toute personne, Bernard Preynat", ce qui "vient rappeler que la personne mise en cause, qui n'a pas été condamnée, est toujours à ce jour innocente".

Dans sa décision, le juge précise que "l'éventuel procès de Bernard Preynat n'est ni fixé, ni même prévu à une date proche" - il est prévu pour fin 2019 ou début 2020 - et que par conséquent la sortie du film mercredi "n'est pas de nature à constituer une atteinte grave au caractère équitable du procès et à la nécessité d'assurer la sérénité des débats devant le juge pénal". Par ailleurs, le juge estime que "l'affaire mettant en cause Bernard Preynat a rencontré un vif écho médiatique", qu'elle est donc déjà largement connue et donc que la suppression des prénom et nom du père n'est "pas de nature à empêcher l'identification évidente de Bernard Preynat comme auteur des supposés faits". Au contraire, le juge des référés estime que cette suppression aurait des "conséquences sur l'exploitation du film en l'état" à la date prévue de sa sortie le 20 février.

"Je regrette amèrement cette décision, non seulement dans l’intérêt du père Preynat mais plus largement dans l’intérêt général, réagit Me Emmanuel Mercinier, l'avocat du père Preynat. Présenter durant deux heures comme coupable un homme qui n’a pas encore été jugé comme tel constitue une atteinte à la présomption d’innocence que ne saurait évidemment pas faire disparaître le fait d’écrire ensuite le contraire durant deux secondes."

Le film déjà récompensé

Récompensé par le prix du jury pendant la Berlinale, samedi à Berlin, Grâce à Dieu raconte l'histoire de La Parole libérée, association créée par d'anciens scouts de Sainte-Foy-lès-Lyon, près de Lyon, victimes du prêtre présumé pédophile. Alexandre Hezez, co-fondateur de La Parole libérée et qui fait partie des plaignants à l'origine de l'action en justice contre Mgr Barbarin, soupçonné d'avoir fermé les yeux sur les agissements du père Preynat, est incarné à l'écran par l'acteur Melvil Poupaud. 

Le prolifique réalisateur de Swimming Pool et Huit femmes, qui était pour la cinquième fois en compétition à Berlin, avait expliqué que le film risquait d'être suspendu de projection jusqu'à la tenue du procès du père Preynat, fin 2019 ou en 2020.