Mort de Jean-Pierre Mocky : "C'est une histoire du cinéma qui se clôt", confie son fils

Jean-Pierre Mocky avait des projets de films avec Gérard Depardieu, a déclaré sur franceinfo Stanislas Nordey, le fils du cinéaste décédé.

Jean-Pierre Mocky, au manoir Jallet à Neuil-sous-Faye (Vienne), lors d\'un tournage en juin 2018.
Jean-Pierre Mocky, au manoir Jallet à Neuil-sous-Faye (Vienne), lors d'un tournage en juin 2018. (THOMAS PADILLA / MAXPPP)

"Ce qu'il faudra retenir du cinéma de mon père, c'est cet amour absolu des acteurs", a réagi sur franceinfo Stanilas Nordey jeudi 8 août, jour du décès de son père Jean-Pierre Mocky. Le fils du cinéaste a évoqué un homme qui "a porté [les acteurs] au plus haut, qui les faisait aller dans des endroits où ils n'auraient pas été"

Outre le chagrin d'une famille, Stanislas Nordey parle de "la fierté d'un chemin de cinéma incroyable". "Ce qui me touche le plus dans sa disparition, en dehors d'être son fils, c'est que c'est une histoire du cinéma qui se clôt", confie-t-il. Son père Jean-Pierre Mocky a passé "60 ans sans jamais s'arrêter de tourner, d'avoir des projets, quels que soient les modes et le succès du public". "Quoi qu'il arrivait, il a toujours eu cet amour pour le cinéma, et pas seulement pour son cinéma, raconte son fils, c'était un grand cinéphile, il allait souvent voir le travail des jeunes réalisateurs."

Une dernière visite de Gérard Depardieu 

Celui qu'il appelle "Mocky" avait fait "un peu comme Gainsbourg", analyse Stanislas Nordy. "Il avait construit l'équivalent d'un Gainsbarre. Il avait cette image du loup solitaire, alors que c'était quelqu'un de très doux, de très généreux qui aimait les autres, qui aimait la vie", confie-t-il, parlant d'un cinéaste qui était "contre le système" et qui "poussait des coups de gueule contre les normes".

Son père avait été hospitalisé avant de rentrer chez lui, où il est décédé jeudi. Selon Stanilas Nordey, Gérard Depardieu est venu voir Jean-Pierre Mocky à l'hôpital : "Cela a fait énormément plaisir à mon père à la toute fin". Le cinéaste avait des projets de films avec l'acteur, dont il parlait encore, "quelques jours avant qu'il ne tombe dans un coma profond".

Pour Stanislas Nordey, "on va découvrir et redécouvrir sans cesse" l'œuvre de son père, "notamment parce qu'elle était portée par les plus grands acteurs de toutes les générations confondues"